•    Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus se prosterner devant lui. »
       En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d'inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d'Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem en Judée, tu n'es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d'Israël mon peuple. »
       Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l'étoile était apparue; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l'enfant. Et quand vous l'aurez trouvé, avertissez-moi pour que j'aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Sur ces paroles du roi, ils partirent.
       Et voilà que l'étoile qu'ils avaient vue se lever les précédait; elle vint s'arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l'enfant. Quand ils virent l'étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe.
       Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. (Matthieu 2, 1-12)

     

    Prière no 14

     

    [A l'Enfant Jésus]

    Je suis le Jésus de Thérèse


    Ô Petit Enfant ! mon unique Trésor, je m'abandonne à tes Divins Caprices, je ne veux d'autre joie que celle de te faire sourire. Imprime en moi tes grâces et tes vertus enfantines, afin qu'au jour de ma naissance au Ciel, les anges et les saints reconnaissent en ta petite épouse

    Thérèse de l'Enfant Jésus.
     
    Bonne fête de l'Épiphanie à tous et chacun(e) ! yes
     

    votre commentaire
  • Le Divin Petit Mendiant de Noël
    demandant l'aumône aux Carmélites.
    (RP 5 - 25 décembre 1895)


       La communauté étant réunie pour la récréation du soir, un ange apparaît portant entre ses bras le petit Jésus enveloppé de langes.
    - Il chante ce qui suit sur l'air de  « Sancta Maria, J'ai vu les séraphins en songe », etc.

    Au nom de Celui que j'adore,
    Mes soeurs, je viens tendre la main
    Et chanter pour l'Enfant Divin
    Car Il ne peut parler encore...

    Pour Jésus, l'Exilé du Ciel
    Je n'ai rencontré dans le monde
    Qu'une indifférence profonde
    C'est pourquoi je viens au Carmel.
    Que vos tendresses
    Et vos caresses
    Que vos louanges
    O soeurs des anges !
    Soient pour l'Enfant.
    Brûlez d'amour, âme ravie
    Un Dieu pour vous s'est fait mortel
    Oh ! mystère touchant
    Celui qui vous mendie
    C'est le Verbe Eternel !...

    O mes soeurs, approchez sans crainte
    Venez chacune à votre tour
    Offrant à Jésus votre amour
    Vous saurez sa volonté sainte.
    Je vous dirai le désir
    De l'Enfant caché dans les langes
    A vous, pures comme des anges
    Qui cependant pouvez souffrir.
    Que votre vie
    Si bien remplie
    Que vos souffrances
    Vos jouissances
    Soient pour l'Enfant.
    Brûlez d'amour, âme ravie
    Un Dieu pour vous s'est fait mortel
    Oh ! mystère touchant
    Celui qui vous mendie
    C'est le Verbe Eternel !...
    [.....]

    Pour lire l'intégralité de la Récréation Pieuse No. 5, cliquez sur le lien ci-dessous
     

    Le Divin Petit Mendiant de Noël

     
    Bonne semaine de Noël à tous ! yes

    1 commentaire
  • MAGNIFICAT

    Mon âme exalte le Seigneur,
    exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur !

    Il s'est penché sur son humble servante ;
    désormais, tous les âges me diront bienheureuse.

    Le Puissant fit pour moi des merveilles ;
    Saint est son nom !

    Son amour s'étend d'âge en âge
    sur ceux qui le craignent.

    Déployant la force de son bras,
    il disperse les superbes.

    Il renverse les puissants de leurs trônes,
    il élève les humbles.

    Il comble de biens les affamés,
    renvoie les riches les mains vides.

    Il relève Israël, son serviteur,
    il se souvient de son amour,

    de la promesse faite à nos pères,
    en faveur d'Abraham et de sa race, à jamais.
     

    Magnificat

     

    Bonne fête de l'Immaculée Conception !

    Bon Jubilé de la Miséricorde !

     


    votre commentaire
  • Elle me raconta le trait suivant dont le souvenir lui restait comme une grâce :

    Sr Marie de l'Eucharistie voulait allumer les cierges pour une procession ; elle n'avait pas d'allumette, mais voyant la petite lampe qui brûle devant les reliques, elle s'en approche. Hélas elle la trouve à demi éteinte, il ne reste plus qu'une faible lueur sur la mèche carbonisée. Elle réussit cependant à allumer son cierge et, par ce cierge, tous ceux de la Communauté se trouvèrent allumés. C'est donc cette petite lampe à demi éteinte qui a produit ces belles flammes qui, à leur tour, peuvent en produire une infinité d'autres et même embraser l'univers. Pourtant ce serait toujours à la petite lampe qu'on devrait la première cause de cet embrasement. Comment les belles flammes pourraient-elles se glorifier, sachant cela, d'avoir fait un incendie pareil, puisqu'elles n'ont été allumées que par correspondance avec la petite étincelle ?...
    Il en est de même pour la Communion des Saints. Souvent, sans le savoir, les grâces et les lumières que nous recevons sont dues à une âme cachée, parce que le bon Dieu veut que les Saints se communiquent les uns aux autres la grâce par la prière, afin qu'au Ciel ils s'aiment d'un grand amour, d'un amour bien plus grand encore que celui de la famille, même la famille la plus idéale de la terre. Combien de fois ai-je pensé que je pouvais devoir toutes les grâces que j'ai reçues aux prières d'une âme qui m'aurait demandée au bon Dieu et que je ne connaîtrai qu'au Ciel.
    Oui, une toute petite étincelle pourra faire naître de grandes lumières dans toute l'Église, comme des docteurs et des martyrs qui seront sans doute bien au dessus d'elle au Ciel ; mais comment pourrait-on penser que leur gloire ne deviendra pas la sienne ?
    Au Ciel on ne rencontrera pas de regards indifférents, parce que tous les élus reconnaîtront qu'ils se doivent entre eux les grâces qui leur ont mérité la couronne. (Derniers entretiens, 15 juillet 1897)

    Nous sommes tous parents sur la terre,

    Fils et filles d'un même Père

    Qui nous a donné son Fils unique, notre Seigneur,

    Notre Frère, notre Sauveur.

    Bonne fête de la Toussaint à tous !

     


    votre commentaire
  •    C'est officiel, le pape François a canonisé les bienheureux Louis Martin et Zélie Guérin à Rome, hier le 18 octobre. Moment historique puisque, pour la première fois de toute l'histoire de l'Église, un couple chrétien est canonisé (époux et épouse conjointement). yes

       Puissiez-vous, Louis et Zélie Martin, prier pour nous, pour toutes les familles, pour toute la durée du Synode sur la famille 2015.

       Aussi, sainte Thérèse Martin (de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face), priez pour nous !

       Voici, ci-dessous, la messe et la canonisation des époux Martin :

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique