• Pourquoi je t'aime, ô Marie !

     
    Pourquoi je t'aime, ô Marie !
     
    Oh ! je voudrais chanter, Marie, pourquoi je t'aime
    Pourquoi ton nom si doux fait tressaillir mon coeur
    Et pourquoi la pensée de ta grandeur suprême
    Ne saurait à mon âme inspirer de frayeur.
    Si je te contemplais dans ta sublime gloire
    Et surpassant l'éclat de tous les bienheureux
    Que je suis ton enfant je ne pourrais le croire
    Ô Marie, devant toi, je baisserais les yeux !...
     
    Il faut pour qu'un enfant puisse chérir sa mère
    Qu'elle pleure avec lui, partage ses douleurs
    Ô ma Mère chérie, sur la rive étrangère
    Pour m'attirer à toi, que tu versas de pleurs !...
    En méditant ta vie dans le saint Évangile
    J'ose te regarder et m'approcher de toi
    Me croire ton enfant ne m'est pas difficile
    Car je te vois mortelle et souffrant comme moi...
     
    Lorqu'un ange du Ciel t'offre d'être la Mère
    Du Dieu qui doit régner toute l'éternité
    Je te vois préférer, ô Marie, quel mystère !
    L'ineffable trésor de la virginité.
    Je comprends que ton âme, ô Vierge Immaculée
    Sois plus chère au Seigneur que le divin séjour
    Je comprends que ton âme, Humble et Douce Vallée
    Peut contenir Jésus, L'Océan de l'Amour !...
     
    Oh ! je t'aime, Marie, te disant la servante
    Du Dieu que tu ravis par ton humilité
    Cette vertu cachée te rend toute-puissante
    Elle attire en ton coeur la Sainte Trinité
    Alors l'Esprit d'Amour te couvrant de son ombre
    Le Fils égal au Père en toi s'est incarné...
    De ses frères pécheurs bien grand sera le nombre
    Puisqu'on doit l'appeler : Jésus, ton premier-né !...
     
    Ô Mère bien-aimée, malgré ma petitesse
    Comme toi je possède en moi Le Tout-Puissant
    Mais je ne tremble pas en voyant ma faiblesse :
    Le trésor de la mère appartient à l'enfant
    Et je suis ton enfant, ô ma Mère chérie
    Tes vertus, ton amour, ne sont-ils pas à moi ?
    Aussi lorsqu'en mon coeur descend la blanche Hostie
    Jésus, ton Doux Agneau, croit reposer en toi !...
     
    Tu me le fais sentir, ce n'est pas impossible
    De marcher sur tes pas, ô Reine des élus,
    L'étroit chemin du Ciel, tu l'as rendu visible
    En pratiquant toujours les plus humbles vertus.
    Auprès de toi, Marie, j'aime à rester petite,
    Des grandeurs d'ici-bas je vois la vanité,
    Chez Sainte Élizabeth, recevant ta visite,
    J'apprends à pratiquer l'ardente charité.
     
    Là j'écoute ravie, Douce Reine des anges,
    Le cantique sacré qui jaillit de ton coeur.
    Tu m'apprends à chanter les divines louanges
    A me glorifier en Jésus mon Sauveur.
    Tes paroles d'amour sont de mystiques roses
    Qui doivent embaumer les siècles à venir.
    En toi le Tout-Puissant a fait de grandes choses
    Je veux les méditer, afin de l'en bénir.
     
    Quand le bon Saint Joseph ignore le miracle
    Que tu voudrais cacher dans ton humilité
    Tu te laisses pleurer tout près du Tabernacle
    Qui voile du Sauveur la divine beauté !...
    Oh ! que j'aime, Marie, ton éloquent silence,
    Pour moi c'est un concert doux et mélodieux
    Qui me dit la grandeur et la toute-puissance
    D'une âme qui n'attend son secours que des Cieux...
     
    Plus tard à Bethléem, ô Joseph et Marie !
    Je vous vois repoussés de tous les habitants
    Nul ne veut recevoir en son hôtellerie
    De pauvres étrangers, la place est pour les grands...
    La place est pour les grands et c'est dans une étable
    Que la Reine des Cieux doit enfanter un Dieu.
    Ô ma Mère chérie, que je te trouve aimable
    Que je te trouve grande en un si pauvre lieu !...
     
    Quand je vois L'Éternel enveloppé de langes
    Quand du Verbe Divin j'entends le faible cri
    Ô ma Mère chérie, je n'envie plus les anges
    Car leur Puissant Seigneur est mon Frère chéri !...
    Que je t'aime, Marie, toi qui sur nos rivages
    As fait épanouir cette Divine Fleur !...
    Que je t'aime écoutant les bergers et les mages
    Et gardant avec soin toute chose en ton coeur !...
     
    Je t'aime te mêlant avec les autres femmes
    Qui vers le temple saint ont dirigé leurs pas
    Je t'aime présentant le Sauveur de nos âmes
    Au bienheureux Vieillard qui le presse en ses bras,
    D'abord en souriant j'écoute son cantique
    Mais bientôt ses accents me font verser des pleurs.
    Plongeant dans l'avenir un regard prophétique
    Siméon te présente un glaive de douleurs.
     
    Ô Reine des martyrs, jusqu'au soir de ta vie
    Ce glaive douloureux transpercera ton coeur
    Déjà tu dois quitter le sol de ta patrie
    Pour éviter d'un roi la jalouse fureur.
    Jésus sommeille en paix sous les plis de ton voile
    Joseph vient te prier de partir à l'instant
    Et ton obéissance aussitôt se dévoile
    Tu pars sans nul retard et sans raisonnement.
     
    Sur la terre d'Égypte, il me semble, ô Marie
    Que dans la pauvreté ton coeur reste joyeux,
    Car Jésus n'est-Il pas la plus belle Patrie,
    Que t'importe l'exil, tu possèdes les Cieux ?...
    Mais à Jérusalem, une amère tristesse
    Comme un vaste océan vient inonder ton coeur
    Jésus, pendant trois jours, se cache à ta tendresse
    Alors c'est bien l'exil dans toute sa rigueur !...
     
    Enfin tu l'aperçois et la joie te tranporte,
    Tu dis au bel Enfant qui charme les docteurs :
    « Ô mon Fils, pourquoi donc agis-tu de la sorte ?
    « Voilà ton père et moi qui te cherchions en pleurs. »
    Et l'Enfant Dieu répond (oh quel profond mystère !)
    A la Mère chérie qui tend vers lui ses bras :
    « Pourquoi me cherchiez-vous ?...Aux oeuvres de mon Père
    « Il faut que je m'emploie : ne le savez-vous pas ? »
     
    L'Évangile m'apprend que croissant en sagesse
    A Joseph, à Marie, Jésus reste soumis
    Et mon coeur me révèle avec quelle tendresse
    Il obéit toujours à ses parents chéris.
    Maintenant je comprends le mystère du temple,
    Les paroles cachées de mon Aimable Roi.
    Mère, ton doux Enfant veut que tu sois l'exemple
    De l'âme qui Le cherche en la nuit de la foi.
     
    Puisque le Roi des Cieux a voulu que sa Mère
    Soit plongée dans la nuit, dans l'angoisse du coeur;
    Marie, c'est donc un bien de souffrir sur la terre ?
    Oui souffrir en aimant, c'est le plus pur bonheur !...
    Tout ce qu'Il m'a donné Jésus peut le reprendre
    Dis-lui de ne jamais se gêner avec moi...
    Il peut bien se cacher, je consens à l'attendre
    Jusqu'au jour sans couchant où s'éteindra ma foi...
     
    Je sais qu'à Nazareth, Mère pleine de grâces
    Tu vis très pauvrement, ne voulant rien de plus
    Point de ravissements, de miracles, d'extases
    N'embellissant ta vie, ô Reine des Élus !...
    Le nombre des petits est bien grand sur la terre
    Ils peuvent sans trembler vers toi lever les yeux
    C'est pour la voie commune, incomparable Mère
    Qu'il te plaît de marcher pour les guider aux Cieux.
     
    En attendant le Ciel, ô ma Mère chérie,
    Je veux vivre avec toi, te suivre chaque jour
    Mère, en te contemplant, je me plonge ravie
    Découvrant dans ton coeur des abîmes d'amour.
    Ton regard maternel bannit toutes mes craintes
    Il m'apprend à pleurer, il m'apprend à jouir.
    Au lieu de mépriser les joies pures et saintes
    Tu veux les partager, tu daignes les bénir.
     
    Des époux de Cana voyant l'inquiétude
    Qu'ils ne peuvent cacher, car ils manquent de vin
    Au Sauveur tu le dis dans ta sollicitude
    Espérant le secours de son pouvoir divin.
    Jésus semble d'abord repousser ta prière
    « Qu'importe » répond-Il, « femme, à vous et à moi ? »
    Mais au fond de son coeur, Il te nomme sa Mère
    Et son premier miracle, Il l'opère pour toi...
     
    Un jour que les pécheurs écoutent la doctrine
    De Celui qui voudrait au Ciel les recevoir
    Je te trouve avec eux, Marie, sur la colline
    Quelqu'un dit à Jésus que tu voudrais le voir,
    Alors, ton Divin Fils devant la foule entière
    De son amour pour nous montre l'immensité
    Il dit : « Quel est mon frère et ma soeur et ma Mère,
    « Si ce n'est celui-là qui fait ma volonté ? »
     
    Ô Vierge Immaculée, des mères la plus tendre
    En écoutant Jésus, tu ne t'attristes pas
    Mais tu te réjouis qu'Il nous fasse comprendre
    Que notre âme devient sa famille ici-bas
    Oui tu te réjouis qu'Il nous donne sa vie,
    Les trésors infinis de sa divinité !...
    Comment ne pas t'aimer, ô ma Mère chérie
    En voyant tant d'amour et tant d'humilité !
     
    Tu nous aime, Marie, comme Jésus nous aime
    Et tu consens pour nous à t'éloigner de Lui.
    Aimer c'est tout donner et se donner soi-même
    Tu voulus le prouver en restant notre appui.
    Le Sauveur connaissait ton immense tendresse
    Il savait les secrets de ton coeur maternel,
    Refuge des pécheurs, c'est à toi qu'Il nous laisse
    Quand Il quitte la Croix pour nous attendre au Ciel.
     
    Marie, tu m'apparais au sommet du Calvaire
    Debout près de la Croix, comme un prêtre à l'autel
    Offrant pour apaiser la justice du Père
    Ton bien-aimé Jésus, le doux Emmanuel...
    Un prophète l'a dit, ô Mère désolée,
    « Il n'est pas de douleur semblable à ta douleur ! »
    Ô Reine des Martyrs, en restant exilée
    Tu prodigues pour nous tout le sang de ton coeur !
     
    La maison de Saint Jean devient ton seul asile
    Le fils de Zébédée doit remplacer Jésus...
    C'est le dernier détail que donne l'Évangile
    De la Reine des Cieux il ne me parle plus.
    Mais son profond silence, ô ma Mère chérie
    Ne révèle-t-il pas que Le Verbe Éternel
    Veut Lui-même chanter les secrets de ta vie
    Pour charmer tes enfants, tous les Élus du Ciel ?
     
    Bientôt je l'entendrai cette douce harmonie
    Bientôt dans le beau Ciel, je vais aller te voir
    Toi qui vins me sourire au matin de ma vie
    Viens me sourire encor... Mère... voici le soir !...
    Je ne crains plus l'éclat de ta gloire suprême
    Avec toi j'ai souffert et je veux maintenant
    Chanter sur tes genoux, Marie, pourquoi je t'aime
    Et redire à jamais que je suis ton enfant !...
     
                                                                          La petite Thérèse

    Bonne fête de l'Immaculée Conception !  

    votre commentaire
  • Sainte Cécile


    Ô Sainte bien-aimée, je contemple ravie
    Le sillon lumineux qui demeure après toi
    Je crois entendre encor ta douce mélodie,
    Oui, ton céleste chant arrive jusqu'à moi.
    De mon âme exilée écoute la prière
    Laisse-moi reposer sur ton coeur virginal
    Ce lys immaculé qui brilla sur la terre
    D'un éclat merveilleux et presque sans égal.

    Ô très chaste Colombe, en traversant la vie
    Tu ne cherchas jamais d'autre époux que Jésus,
    Ayant choisi ton âme, Il se l'était unie
    La trouvant embaumée de toutes les vertus.
    Cependant un mortel, radieux de jeunesse,
    Respira ton parfum, blanche et céleste fleur !
    Afin de te cueillir, de gagner ta tendresse,
    Valérien voulut te donner tout son coeur.
    Bientôt il prépara des noces magnifiques,
    Son palais retentit de chants mélodieux...
    Mais ton coeur virginal redisait des cantiques
    Dont l'écho tout divin s'élevait jusqu'aux Cieux !
    Que pouvais-tu chanter, si loin de ta Patrie,
    Et voyant près de toi ce fragile mortel ?
    Sans doute tu voulais abandonner la vie
    Et t'unir pour toujours à Jésus dans le Ciel...
    Mais non... j'entends vibrer ta lyre séraphique,
    Lyre de ton amour dont l'accent fut si doux,
    Tu chantais au Seigneur ce sublime cantique :
    « Conserve mon coeur pur, Jésus mon tendre Époux ! »
    Ineffable abandon ! Divine mélodie !
    Tu dévoiles l'amour par ton céleste chant.
    L'amour qui ne craint pas, qui s'endort et s'oublie
    Sur le Coeur de son Dieu, comme un petit enfant...

    Dans la voûte azurée parut la blanche étoile
    Qui venait éclairer de ses timides feux
    La lumineuse nuit qui nous montra sans voile
    Le virginal amour des époux dans les Cieux...

    Alors Valérien rêvait la jouissance,
    Cécile, ton amour était tout son désir...
    Il trouva le bonheur dans ta noble alliance
    Tu lui montras la vie qui ne doit pas finir.
    « Jeune ami, lui dis-tu, près de moi toujours veille
    « Un ange du Seigneur qui garde mon coeur pur,
    « Il ne me quitte pas, alors que je sommeille,
    « Il me couvre avec joie de ses ailes d'azur.
    « La nuit, je vois briller son aimable visage
    « D'un éclat bien plus doux que les feux du matin,
    « Sa face me paraît la transparente image
    « Le pur rayonnement du visage divin. »
    Valérien reprit : « Montre-moi ce bel Ange,
    « Afin qu'à ton serment je puisse ajouter foi.
    « Autrement, crains déjà que mon coeur se change
    « En terrible fureur, en haine contre toi... »
    Ô Colombe cachée dans le creux de la pierre !
    Tu ne redoutais pas les filets du chasseur
    La Face de Jésus te montrait sa lumière,
    L'Évangile sacré reposait sur ton coeur...
    Tu repris aussitôt avec un doux sourire :
    « Mon céleste Gardien exauce ton désir,
    « Bientôt tu le verras, il daignera te dire
    « Que pour voler aux Cieux, tu dois être martyr.
    « Mais avant de le voir, il faut que le baptême
    « Répande dans ton âme une sainte blancheur,
    « Il faut que le vrai Dieu l'habite par Lui-même
    « Il faut que l'Esprit-Saint soit la vie de ton coeur.
    « Le Verbe, Fils de Dieu et le Fils de Marie,
    « Dans son immense amour s'immole sur l'autel.
    « Tu dois aller t'asseoir au Banquet de la Vie
    « Afin de recevoir Jésus le Pain du Ciel.
    « Alors le Séraphin t'appellera son frère,
    « Et voyant dans ton coeur le trône de son Dieu
    « Il te fera quitter les plages de la terre
    « Tu verras le séjour de cet esprit de feu. »
    - « Je sens brûler mon coeur d'une nouvelle flamme »
    S'écria dans sa joie l'ardent patricien.
    « Je veux que le vrai Dieu habite dans mon âme,
    « Cécile, mon amour sera digne du tien !... »

    Revêtu de la robe emblème d'innocence,
    Valérien put voir le bel ange des Cieux,
    Il contempla ravi sa sublime puissance
    Il vit le doux éclat de son front radieux.
    Le brillant séraphin tenait de fraîches roses
    Mélangées de beaux lys éclatants de blancheur.
    Dans les jardins du Ciel, ces fleurs étaient écloses
    Sous les rayons d'Amour de l'Astre créateur.
    « Époux chéris des Cieux, les roses du martyre
    « Couronneront vos fronts, dit l'ange du Seigneur,
    « Il n'y a pas de voix, il n'y a pas de lyre
    « Capables de chanter cette grande faveur !
    « Je m'abîme en mon Dieu, je contemple ses charmes,
    « Mais je ne puis pour lui m'immoler et souffrir,
    « Je ne puis lui donner ni mon sang ni mes larmes
    « Malgré tout mon amour, je ne saurais mourir...
    « La pureté, de l'ange est le brillant partage
    « Son immense bonheur ne doit jamais finir,
    « Mais sur le Séraphin, vous avez l'avantage
    « Vous pouvez être purs, et vous pouvez souffrir !...
    ................................................................................
    « De la virginité vous voyez le symbole
    « Dans ces lys embaumés que vous envoie l'Agneau
    « Vous serez couronnés de la blanche auréole,
    « Vous chanterez toujours le cantique nouveau.
    « Votre chaste union enfantera des âmes
    « Qui ne rechercheront d'autre époux que Jésus,
    « Vous les verrez briller comme de pures flammes,
    « Près du trône divin, au séjour des élus. »

    Cécile, prête-moi ta douce mélodie
    Je voudrais convertir à Jésus tant de coeurs !
    Je voudrais comme toi sacrifier ma vie
    Je voudrais lui donner et mon sang et mes pleurs...
    Obtiens-moi de goûter sur la rive étrangère
    Le parfait abandon, ce doux fruit de l'amour.
    Ô ma Sainte chérie ! bientôt, loin de la terre,
    Obtiens-moi de voler près de toi sans retour...

    (PN 3, Thérèse de Lisieux, 28 avril 1894)
     

    Sainte Cécile

     

    « J'ai pour sainte Cécile plus que de la dévotion : une véritable tendresse d'amie... Elle est ma sainte de prédilection, ma confidente intime... » - Thérèse de Lisieux

    Aujourd'hui, 22 novembre, est fête de sainte Cécile(ou Cécile de Rome). Cécile serait morte martyre pour sa foi au IIe siècle ou début du IIIe siècle. Elle amena à la conversion beaucoup de personnes dont son propre mari Valérien qui respectera le voeu de virginité de cette dernière. Sainte Cécile est patronne des musiciens et musiciennes.


    votre commentaire
  • A mes Petits Frères du Ciel

    Heureux petits Enfants, avec quelles tendresses
    Le Roi des Cieux
    Vous bénit autrefois et combla de caresses
    Vos fronts glorieux !
    De tous les Innocents vous étiez la figure
    Et j'entrevois
    Les biens que dans le Ciel vous donne sans mesure
    Le Roi des rois.

    Vous avez contemplé les immenses richesses
    Du Paradis
    Avant d'avoir connu nos amères tristesses
    Chers petits Lys,
    O Boutons parfumés ! moissonnés dès l'aurore
    Par le Seigneur
    Le doux Soleil d'Amour qui sut vous faire éclore
    Ce fut son Coeur !...

    Quels ineffables soins, quelle tendresse exquise
    Et quel amour,
    Vous prodigue avec joie notre Mère l'Eglise
    Enfants d'un jour !...
    Dans ses bras maternels, vous fûtes en prémices
    Offerts à Dieu
    Toute l'Eternité, vous ferez les délices
    Du beau Ciel bleu.

    Enfants, vous composez le virginal cortège
    Du doux Agneau
    Et vous pouvez redire, étonnant privilège
    Un chant nouveau !
    Vous êtes sans combats parvenus à la gloire
    Des conquérants ;
    Le Sauveur a pour vous remporté la victoire
    Vainqueurs charmants !

    On ne voit point briller de pierres précieuses
    Dans vos cheveux
    Seul le reflet doré de vos boucles soyeuses
    Ravit les Cieux......
    Les trésors des Elus, leurs palmes, leurs couronnes
    Tout est à vous
    Dans la Sainte Patrie, Enfants, vos riches trônes
    Sont leurs genoux...

    Ensemble vous jouez avec les petits anges
    Près de l'Autel
    Et vos chants enfantins, gracieuses phalanges
    Charment le Ciel.
    Le Bon Dieu vous apprend comment Il fait les roses
    L'oiseau, les vents
    Ici-bas nul génie ne sait autant de choses
    Que vous, Enfants !...

    Du firmament d'azur soulevant tous les voiles
    Mystérieux
    En vos petites mains vous prenez les étoiles
    Aux mille feux.
    En courant vous laissez une trace argentée
    Souvent le soir
    Quand je contemple au ciel la blanche voie lactée
    Je crois vous voir......

    Dans les bras de Marie après toutes vos fêtes
    Vous accourez
    Sous son voile étoilé cachant vos blondes têtes
    Vous sommeillez.
    Charmants petits Lutins, votre enfantine audace
    Plait au Seigneur
    Vous osez caresser son Adorable Face......
    Quelle faveur !...

    C'est vous que Le Seigneur me donna pour modèle
    Saints Innocents
    Je veux être ici-bas votre image fidèle
    Petits Enfants.
    Ah ! daignez m'obtenir les vertus de l'enfance.
    Votre candeur,
    Votre abandon parfait, votre aimable innocence
    Charment mon coeur.

    O Seigneur ! tu connais de mon âme exilée
    Les voeux ardents
    Je voudrais moissonner, beau Lys de la vallée
    Des Lys brillants
    Ces Boutons printaniers, je les cherche et les aime
    Pour ton plaisir
    Sur eux daigne verser la Rosée du Baptême
    Viens les cueillir......

    Oui, je veux augmenter la candide phalange
    Des Innocents
    Mes souffrances, mes joies, je les offre en échange
    D'âmes d'Enfants.
    Parmie ces Innocents, je réclame une place
    Roi des Elus.
    Comme eux, je veux au Ciel, baiser ta Douce Face
    O mon Jésus !......
    (Thérèse de Lisieux, décembre 1896)
     

     


    votre commentaire
  • Une Eglise de petits

    Les disciples s'approchèrent de Jésus et lui dirent : « Qui donc est le plus grand dans le Royaume des cieux ? » Alors Jésus appela un petit enfant  ; il le plaça au milieu d'eux, et il déclara : « Amen, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les petits enfants, vous n'entrerez point dans le Royaume des cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, c'est celui-là qui est le plus grand dans le Royaume des cieux. Et celui qui accueillera un petit enfant comme celui-ci en mon nom, c'est moi qu'il accueille. (Matthieu 18, 1-5)

    ----------

       Je sens que je vais entrer dans le repos... Mais je sens surtout que ma mission va commencer, ma mission de faire aimer le bon Dieu comme je l'aime, de donner ma petite voie aux âmes. Si le bon Dieu exauce mes désirs, mon Ciel se passera sur la terre jusqu'à la fin du monde. Oui, je veux passer mon Ciel à faire du bien sur la terre. Ce n'est pas impossible, puisqu'au sein même de la vision béatifique, les Anges veillent sur nous.

       Je ne puis pas me faire une fête de jouir, je ne veux pas me reposer tant qu'il y aura des âmes à sauver... Mais lorsque l'Ange aura dit : « Le temps n'est plus ! » alors je me reposerai, je pourrai jouir, parce que le nombre des élus sera complet et que tous seront entrés dans la joie et dans le repos. Mon cœur tressaille à cette pensée... [Derniers entretiens, Le Carnet jaune, Thérèse de Lisieux, 17 juillet 1897]

    Thérèse, tu avais compris comment se faire petit enfant devant Dieu, et ton désir est de nous le faire connaître. Aide-nous, par ta petite voie spirituelle, à demeurer toujours comme un petit enfant, et à aimer Dieu comme tu l'aime. Amen

    ... et Bonne fête Thérèse !

     

     

     


    votre commentaire
  • Neuvaine miraculeuse à Sainte Thérèse de Lisieux

    NEUVAINE MIRACULEUSE À SAINTE THÉRÈSE DE LISIEUX

     

    Très Sainte Trinité, Père, Fils et Saint Esprit,

    je vous remercie pour toutes les faveurs et les

    grâces dont vous avez enrichi votre servante

    Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, pendant les

    vingt-quatre années passées sur sur terre et,

    par les mérites de cette Sainte, accordez-moi

    la grâce qu'ardemment je désire (..........),

    si elle est conforme à votre Sainte Volonté,

    et pour le bien de mon âme.

     

    Aidez ma foi et mon espérance, ô Sainte Thérèse,

    réalisez encore une fois votre promesse de

    passer votre Ciel à faire du bien sur la terre, en

    permettant que je reçoive une rose comme

    signe de la grâce que je désire obtenir.

    -----

    Récitez 24 "Gloire au Père" comme suit :

    Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit,

    comme il était au commencement, maintenant

    et toujours, pour les siècles des siècles. Amen

     

    Après chacun des "Gloire au Père" récitez l'invocation

    « Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, patronne des missions, priez pour nous. »


    37 commentaires