• Elle me raconta le trait suivant dont le souvenir lui restait comme une grâce :

    Sr Marie de l'Eucharistie voulait allumer les cierges pour une procession ; elle n'avait pas d'allumette, mais voyant la petite lampe qui brûle devant les reliques, elle s'en approche. Hélas elle la trouve à demi éteinte, il ne reste plus qu'une faible lueur sur la mèche carbonisée. Elle réussit cependant à allumer son cierge et, par ce cierge, tous ceux de la Communauté se trouvèrent allumés. C'est donc cette petite lampe à demi éteinte qui a produit ces belles flammes qui, à leur tour, peuvent en produire une infinité d'autres et même embraser l'univers. Pourtant ce serait toujours à la petite lampe qu'on devrait la première cause de cet embrasement. Comment les belles flammes pourraient-elles se glorifier, sachant cela, d'avoir fait un incendie pareil, puisqu'elles n'ont été allumées que par correspondance avec la petite étincelle ?...
    Il en est de même pour la Communion des Saints. Souvent, sans le savoir, les grâces et les lumières que nous recevons sont dues à une âme cachée, parce que le bon Dieu veut que les Saints se communiquent les uns aux autres la grâce par la prière, afin qu'au Ciel ils s'aiment d'un grand amour, d'un amour bien plus grand encore que celui de la famille, même la famille la plus idéale de la terre. Combien de fois ai-je pensé que je pouvais devoir toutes les grâces que j'ai reçues aux prières d'une âme qui m'aurait demandée au bon Dieu et que je ne connaîtrai qu'au Ciel.
    Oui, une toute petite étincelle pourra faire naître de grandes lumières dans toute l'Église, comme des docteurs et des martyrs qui seront sans doute bien au dessus d'elle au Ciel ; mais comment pourrait-on penser que leur gloire ne deviendra pas la sienne ?
    Au Ciel on ne rencontrera pas de regards indifférents, parce que tous les élus reconnaîtront qu'ils se doivent entre eux les grâces qui leur ont mérité la couronne. (Derniers entretiens, 15 juillet 1897)

    Nous sommes tous parents sur la terre,

    Fils et filles d'un même Père

    Qui nous a donné son Fils unique, notre Seigneur,

    Notre Frère, notre Sauveur.

    Bonne fête de la Toussaint à tous !

     


    votre commentaire
  •    C'est officiel, le pape François a canonisé les bienheureux Louis Martin et Zélie Guérin à Rome, hier le 18 octobre. Moment historique puisque, pour la première fois de toute l'histoire de l'Église, un couple chrétien est canonisé (époux et épouse conjointement). yes

       Puissiez-vous, Louis et Zélie Martin, prier pour nous, pour toutes les familles, pour toute la durée du Synode sur la famille 2015.

       Aussi, sainte Thérèse Martin (de l'Enfant-Jésus et de la Sainte Face), priez pour nous !

       Voici, ci-dessous, la messe et la canonisation des époux Martin :

     


    votre commentaire
  • Rappelle-toi
     
    Rappelle-toi les divines tendresses
    Dont tu comblas les tout petits enfants
    Je veux aussi recevoir tes caresses.
    Ah ! Donne-moi tes baisers ravissants !
    Pour jouir dans les cieux de ta douce présence
    Je saurai pratiquer les vertus de l'enfance
    Tu nous l'as dit souvent :
    " Le ciel est pour l'enfant... "
    Rappelle-toi.
    Rappelle-toi que sur d'autres rivages
    Les astres d'or et la lune d'argent
    Que je contemple en l'azur sans nuages
    Ont réjoui, charmé tes yeux d'Enfant.
    De ta petite main qui caressait Marie
    Tu soutenais le monde et lui donnais la vie.
    Que tes biens sont à moi ;
    Mon Bien-Aimé, mon Roi,
    Rappelle-toi...
    Rappelle-toi...
    Rappelle-toi que dans la solitude
    Tu travaillais de tes divines mains
    Vivre oublié fut ta plus douce étude
    Tu rejettas le savoir des humains
    O Toi ! qui d'un seul mot pouvais charmer le monde
    Tu te plus à cacher ta sagesse profonde.
    Tu parus ignorant,
    O Seigneur Tout-Puissant !
    Rappelle-toi......
    Rappelle-toi que je veux sur la terre
    Te consoler de l'oubli des pécheurs.
    Mon seul Amour, exauce ma prière
    Ah ! pour t'aimer, donne-moi mille coeurs
    Si tu t'endors aussi lorsque l'orage gronde,
    Je veux toujours rester en une paix profonde
    De mon désir brûlant
    Seigneur, à chaque instant
    Rappelle-toi.
    Rappelle-toi...
    Rappelle-toi que souvent je soupire
    Après le jour du grand avènement
    Envoie bientôt l'Ange qui doit nous dire :
    « Réveillez-vous il n'y a plus de temps »
    Alors rapidement je franchirai l'espace,
    Seigneur tout près de toi j'irai prendre ma place.
    Qu'au séjour Eternel
    Tu dois être mon Ciel
    Rappelle-toi !...
    Rappelle-toi...
    Rappelle-toi...
    Rappelle-toi...
     

    votre commentaire
  • Je ne meurs pas, j'entre dans la vie

     
    HYMNE

    Thérèse de l'Enfant Jésus,
    le plus petit peut suivre ta voie
    ouverte vers le Seigneur de toute joie
    qui a reçu ta vie offerte.

    R/
    Chaque geste pour Lui,
    chaque instant avec Lui
    et brûler les ombres de la terre
    au feu de la prière, dans l'Esprit !

    Au Père, le grand abandon,
    le don du bien caché,
    tu l'as fait d'avance,
    et Lui qui voit dans le secret
    a dépassé ton espérance.

    Tu as demandé d'être un jour l'Amour
    au coeur de l'Église, à part entière,
    et l'Époux chaste, sans retard,
    t'a consumée à Sa lumière.

    Amen, amen, rappelle-nous que tout,
    jusqu'à l'extrême douleur, est grâce
    par le Seigneur, Fils du Seigneur,
    Thérèse de la Sainte Face.

    ----------

    Dieu qui ouvres ton Royaume aux petits et aux humbles, donne-nous de marcher avec confiance sur les pas de sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus, pour obtenir ainsi la révélation de ta gloire.
     
    Bonne fête de sainte Thérèse ! yes
     
     
     

    votre commentaire
  • Ce que je verrai bientôt pour
    la Première fois !.....


    Je suis encor sur la rive étrangère,
    Mais pressentant le bonheur éternel,
    Oh !  je voudrais déjà quitter la terre
    Et contempler les merveilles du Ciel.....
    Lorsque je rêve aux joies de l'autre vie
    De mon exil je ne ressens plus le poids
    Puisque bientôt vers ma seule Patrie
    Je volerai pour la première fois !.....

    Ah !  donne-moi, Jésus, de blanches ailes
    Pour que vers toi, je prenne mon essor
    Je veux voler aux rives Eternelles
    Je veux te voir, ô mon Divin Trésor !
    Je veux voler dans les bras de Marie
    Me reposer sur ce trône de choix,
    Et recevoir de ma Mère chérie
    Le doux baiser pour la première fois !.....

    Mon Bien-Aimé, de ton premier sourire
    Fais-moi bientôt entrevoir la douceur
    Et laisse-moi, dans mon divin délice
    Ah !  laisse-moi me cacher en ton Coeur !...
    Oh !  quel instant !  quel bonheur ineffable
    Quand j'entendrai le doux son de ta voix
    Quand je verrai de ta Face Adorable
    L'éclat divin pour la première fois !....

    Tu le sais bien, mon unique martyre,
    C'est ton amour, Coeur Sacré de Jésus.
    Vers ton beau Ciel, si mon âme soupire
    C'est pour t'aimer, t'aimer de plus en plus !.....
    Au Ciel, toujours enivrée de tendresse
    Je t'aimerai sans mesure et sans lois
    Et mon bonheur me paraîtra sans cesse
    Aussi nouveau que la première fois ! ! !.....

      Fête du Sacré Coeur de Jésus.
    12 Juin 1896

    La petite soeur de l'Enfant Jésus
     

    Ce que je verrai bientôt pour la Première fois !.....

     

     

     

    votre commentaire