• Une pensée par jour

    Une pensée par jour est tiré du livre ci-dessous :

     

    Une pensée par jour

    JANVIER

    1.  (Sainte Marie, Mère de Dieu)  Je sais qu'à Nazareth, Mère pleine de grâces, tu vis très pauvrement, ne voulant rien de plus, le nombre des petits est bien grand sur la terre, ils peuvent sans trembler vers toi lever les yeux : c'est par la voie commune, incomparable Mère, qu'il te plaît de marcher pour les guider aux Cieux.

    2.  Jésus se plaît à me montrer l'unique chemin qui conduit à la fournaise Divine, ce chemin c'est l'abandon du petit enfant qui s'endort sans crainte dans les bras de son Père.

    3.  Le Bon Dieu ne saurait inspirer de désirs irréalisables, je puis donc malgré ma petitesse aspirer à la sainteté.

    4.  Jésus, je suis trop petite pour faire de grandes choses... et ma folie à moi c'est d'espérer.

    5.  Je suis sûre que la vie réelle de la Sainte Vierge devait être toute simple. On la montre inabordable, il faudrait la montrer imitable, faire ressortir ses vertus, dire qu'elle vivait de foi comme nous.

    6.  (Épiphanie)  Que chacun s'apprête... L'étoile s'arrête !... Entrons tous en fête, adorons l'Enfant !...

    7.  Que le divin petit Jésus trouve en votre âme une demeure toute parfumée des roses de l'Amour, qu'Il y trouve encore la lampe ardente de la charité fraternelle qui réchauffera ses petits membres glacés, qui réjouira son petit Coeur.

    8.  Il est des âmes sur la terre qui cherchent en vain le bonheur. Mais pour moi, c'est tout le contraire, la joie se trouve dans mon coeur : Jésus, ma joie, c'est de t'aimer !

    9.  Ce que j'estime, ce que je désire uniquement, c'est de faire plaisir à Jésus...

    10.  (Baptême de Jésus)  Je comprends si bien qu'il n'y a que l'amour qui puisse nous rendre agréables au Bon Dieu que cet amour est le seul bien que j'ambitionne.

    11.  Quelle douce joie de penser que le Bon Dieu est juste, c'est-à-dire qu'Il tient compte de nos faiblesses, qu'Il connaît parfaitement la fragilité de notre nature. De quoi donc aurais-je peur ?

    12.  Si toutes les âmes faibles et imparfaites sentaient ce que je sens, pas une seule ne désespérerait d'arriver au sommet de la montagne de l'amour, puisque Jésus ne demande pas de grandes actions, mais seulement l'abandon et la reconnaissance.

    13.  J'ai compris que chaque âme était libre de répondre aux avances de Notre Seigneur, de faire peu ou beaucoup pour Lui, en un mot de choisir entre ce qu'Il demande.

    14.  Dieu nous montre que les plus petites actions faites par amour sont celles qui charment son coeur...

    15.  Je suis une très petite âme qui ne peut offrir au Bon Dieu que de très petites choses, encore m'arrive-t-il souvent de laisser échapper de ces petits sacrifices qui donnent tant de paix à l'âme ; cela ne me décourage pas, je supporte d'avoir un peu moins de paix et je tâche d'être plus vigilante une autre fois.

    16.  Ma voie est toute de confiance et d'amour, je ne comprends pas les âmes qui ont peur d'un si tendre Ami.

    17.  Sans doute, on peut bien tomber, on peut commettre des infidélités, mais l'amour sachant tirer profit de tout a bien vite consumé tout ce qui peut déplaire à Jésus, ne laissant qu'une humble et profonde paix au fond du coeur...

    18.  Être petit, c'est ne point s'attribuer à soi-même les vertus qu'on pratique, se croyant capable de quelque chose, mais reconnaître que le Bon Dieu pose le trésor dans la main de son petit enfant pour qu'il s'en serve quand il en a besoin ; mais c'est toujours le trésor du Bon Dieu.

    19.  Dans l'Évangile, je trouve tout ce qui est nécessaire à ma pauvre petite âme. J'y découvre toujours de nouvelles lumières, des sens cachés et mystérieux...

    20.  Pour marcher dans ma petite voie il faut être humble, pauvre d'esprit et simple.

    21.  Jésus le Bel Enfant Divin pour vous communiquer sa vie transforme en Lui chaque matin une petite et blanche hostie. Avec bien plus d'amour encore Il veut vous changer en Lui-même. Votre coeur est son cher trésor, son bonheur et sa joie suprême.

    22.  Ne craignez pas de Lui dire que vous l'aimez, même sans le sentir, c'est le moyen de forcer Jésus à vous secourir, à vous porter comme un petit enfant trop faible pour marcher.

    23.  Restons donc bien loin de tout ce qui brille, aimons notre petitesse, aimons à ne rien sentir, alors nous serons pauvres d'esprit et Jésus viendra nous chercher si loin que nous soyons, il nous transformera en flammes d'amour...

    24.  (Saint François de Sales)  Jésus a pour nous un amour si incompréhensible qu'Il veut que nous ayons part avec lui au salut des âmes. Il ne veut rien faire sans nous.

    25.  (Conversion de saint Paul)  M'abaissant dans les profondeurs de mon néant je m'élevais si haut que je pus atteindre mon but...

    26.  La sainteté n'est pas dans telle ou telle pratique, elle consiste en une disposition du coeur qui nous rend humbles et petits entre les bras de Dieu, conscients de notre faiblesse, et confiants jusqu'à l'audace en sa bonté de Père.

    27.  Comment Jésus a-t-Il aimé ses disciples et pourquoi les a-t-Il aimés ? Ah ! Ce n'était pas leurs qualités naturelles qui pouvaient l'attirer, il y avait entre eux et Lui une distance infinie. Il était la Science, la Sagesse éternelle, ils étaient de pauvres pêcheurs ignorants et remplis de pensées terrestres.

    28.  (Saint Thomas d'Aquin)  Mon Ciel est de sentir en moi la ressemblance du Dieu qui me créa de son Souffle Puissant. Mon Ciel est de rester toujours en sa présence, de l'appeler mon Père et d'être son enfant.

    29.  Que le bon Dieu est bon !... comme il proportionne les épreuves aux forces qu'Il nous donne.

    30.  Jésus l'a dit : « À celui qui possède, on donnera encore et il sera dans l'abondance. » Pour une grâce fidèlement reçue il m'en accordait une multitude d'autres.

    31.  Que j'ai soif du Ciel, là où on aimera Jésus sans réserve !...

    FÉVRIER

    1.  Nous qui courrons dans la voie de l'Amour, je trouve que nous ne devons pas penser à ce qui peut nous arriver de douloureux dans l'avenir.

    2.  (Présentation du Seigneur)  Je ne veux rien refuser à Jésus, même quand je me sens triste et seule sur la terre, lui me reste encore et sainte Thérèse d'Avila n'a-t-elle pas dit : Dieu seul suffit...

    3.  J'ai appris à mettre mon amour-propre à sa place, c'est-à-dire sous les pieds...

    4.  On peut ressentir la souffrance très vivement, mais l'offrir au bon Dieu et trouver dans cette offrande au milieu des plus grandes souffrances une grande paix.

    5.  Car Il connaît notre fragilité, Il sait que nous ne sommes que poussière. Comme un père a de la tendresse pour ses enfants, ainsi le Seigneur a compassion de nous.

    6.  O mon Bien-Aimé, sous le voile de la blanche Hostie que Vous m'apparaissez doux et humble de coeur ! Pour m'enseignez l'humilité vous ne pouvez vous abaisser davantage.

    7.  Mon faible amour, mes petites souffrances, bénis par Dieu, le font aimer au loin !

    8.  Quand nous sommes incomprises et jugées défavorablement, à quoi bon s'expliquer ? O bienheureux silence qui donne tant de paix à l'âme !

    9.  Mon Ange Gardien, connaissant ma grande faiblesse, tu me diriges par la main et je te vois avec tendresse ôter la pierre du chemin.

    10.  J'ai compris que l'amour de Notre Seigneur se révèle aussi bien dans l'âme la simple qui ne résiste en rien à sa grâce que dans l'âme la plus sublime.

    11.  (Notre Dame de Lourdes)  Marie, en méditant ta vie dans le Saint Évangile, j'ose te regarder et m'approcher de toi. Me croire ton enfant ne m'est pas difficile, car je te vois mortelle et souffrant comme moi.

    12.  Quand quelque chose me tourmente, par exemple quand on ne veut pas croire à ce que je dis, je me retire à l'écart et je prie... Quand j'ai prié j'entends une voix qui me dit : Fille de Dieu !... va, va... je serai à ton aide... va... »

    13.  Si vous cessez de dire des paroles peu charitables, si vous brisez les chaînes des âmes captives par votre douceur et votre affabilité, si vous assistez les pauvres délaissés avec effusion, c'est-à-dire avec coeur, avec amour, avec désintéressement, si vous consolez ceux qui souffrent, vous recevrez votre santé intérieure, votre âme ne languira plus.

    14.  Consentez à trébucher à chaque pas, à tomber même, à porter vos croix faiblement, aimez votre impuissance, votre âme en retirera plus de profit que si, portée par la grâce, vous accomplissiez avec élan des actions héroïques qui rempliraient votre âme de satisfaction personnelle et d'orgueil.

    15.  Devant notre impuissance, il faut offrir les oeuvres des autres, c'est là le bienfait de la communion des Saints, et de cette impuissance il ne faut jamais nous faire de peine, mais s'appliquer uniquement à l'amour.

    16.  La prière c'est quelque chose de grand, de surnaturel, qui me dilate l'âme et m'unit à Jésus.

    17.  Je vous supplie donc de me guérir, de me pardonner, et moi je me souviendrai, Seigneur, que l'âme à laquelle vous avez remis davantage, doit aussi vous aimer plus que les autres !...

    18.  (Sainte Bernadette)  Maintenant je comprends pourquoi Jésus a voulu naître dans l'indigence puisque l'humilité lui est si chère.

    19.  Ah ! Si tu savais combien le Bon Dieu est offensé ! Ton âme est si bien faite pour le consoler... aime Jésus à la folie pour tous ceux qui ne l'aiment pas !...

    20.  C'est une grande épreuve de voir tout en noir, mais cela ne dépend pas de vous complètement, faites ce que vous pourrez, détachez votre coeur des soucis de la terre et surtout des créatures, puis soyez sûre que Jésus fera le reste, il ne pourra pas permettre que vous tombiez dans le bourbier redouté...

    21.  Il est dit que c'est bien plus doux de donner que de recevoir, et c'est vrai, mais alors, quand Jésus veut prendre pour Lui la douceur de donner, ce ne serait pas gracieux de refuser.

    22.  (Chaire de saint Pierre)  Au festin du Père de famille quels serviteurs sera le nôtre puisque Jésus dit « qu'il irait et viendrait pour nous servir » ! Ce sera le moment pour les pauvres et les petits surtout, d'être récompensés amplement de leurs humiliations.

    23.  À chaque nouvelle occasion de combat, lorsque mes ennemis viennent me provoquer, je me conduis en brave, je tourne le dos à mes adversaires sans daigner les regarder en face, mais je cours vers mon Jésus.

    24.  Cette parole de Job - « Quand même Dieu me tuerait j'espérerais encore en lui » - m'a ravie dès mon enfance. Mais j'ai été longtemps avant de m'établir à ce degré d'abandon. Maintenant j'y suis ; le bon Dieu m'y a mise, il m'a prise dans ses bras et ma posée là...

    25.  Comme c'est facile de plaire à Jésus, de ravir son coeur, il n'y a qu'à l'aimer sans se regarder soi-même, sans trop examiner ses défauts...

    26.  Ma vie n'a pas été amère, parce que j'ai su faire ma joie et ma douceur de toute amertume.

    27.  La principale cause de vos souffrances, de vos combats, vient de ce que vous regarder trop les choses du côté de la terre et pas assez avec des vues surnaturelles.

    28.  Se replier sur soi-même, cela stérilise l'âme ! Il faut se hâter de courir aux oeuvres de charité.

    MARS

    1.  Toute âme obtiendra son pardon, Je la remplirai de lumière dès qu'elle invoquera mon Nom !

    2.  Oui, je le sens, quand même j'aurais sur la conscience tous les péchés qui se peuvent commettre, j'irais le coeur brisé de repentir me jeter dans les bras de Jésus, car je sais combien Il chérit l'enfant prodigue qui revient à Lui.

    3.  Il faut faire tout ce qui est en soi, donner sans compter, se renoncer constamment en un mot, prouver son amour par toutes les bonnes oeuvres en son pouvoir. Mais à la vérité, comme tout cela est peu de choses...

    4.  Il est nécessaire, quand nous avons fait tout ce que nous croyons devoir faire, de nous avouer des « serviteurs inutiles » espérant toutefois que le bon Dieu nous donnera, par grâce, ce que nous désirons.

    5.  Rappelle-toi qu'un jour à la prière de Marie tu changeas l'eau en vin délicieux ; daigne aussi transformer mes oeuvres imparfaites, à la voix de Marie, Seigneur, rend les parfaites.

    6.  Vous ferez autant de bien que moi et même plus, par le désir de faire ce bien et par l'oeuvre la plus cachée accomplie par amour, par exemple en rendant ce petit service qui coûte beaucoup.

    7.  Puisqu'il a été nécessaire que le Christ souffrît et qu'il entrât par là dans sa gloire, si vous désirez avoir place à ses côtés, buvez le calice qu'il a bu Lui-même !

    8.  Je suis loin d'être conduite par la voie de la crainte, je trouve toujours le moyen d'être heureuse et de profiter de mes misères...

    9.  Le Bon Dieu ne se fatigue pas de m'entendre, je Lui dis tout simplement mes peines et mes joies comme s'Il ne les connaissait pas...

    10.  Je suis bien loin de pratiquer ce que je comprends de la charité, et cependant le seul désir que j'en ai me donne la paix.

    11.  Avec quel soin ne me suis-je pas préparée à ma première confession, me disant que ce n'était pas un homme, mais au bon Dieu que j'allais dire mes péchés, et même je me demandais s'il ne fallait pas dire à mon confesseur que je l'aimais de tout mon coeur puisque c'était au bon Dieu que j'allais parler en sa personne...

    12.  Pourquoi t'effrayer de ne pouvoir porter cette croix sans faiblir ? Jésus sur la route du Calvaire est bien tombé trois fois, et toi, petit enfant, tu ne voudrais pas tomber cent fois ?

    13.  Quand on accepte l'ennui d'avoir été méchante, le bon Dieu revient tout de suite.

    14.  Nous sommes si peu de choses... et pourtant Jésus veut que le salut des âmes dépende de nos sacrifices, de notre amour, il nous mendie des âmes...

    15.  Votre faute est réparée par le repentir sincère que vous manifestez. Le souvenir de cette infidélité, loin d'être nuisible à votre âme, la tiendra dans l'humilité et vous le savez : il n'est point de sacrifice plus agréable à Dieu que celui d'un coeur contrit et humilié.

    16.  L'âme retire tant de profit à faire le chemin de croix et les âmes du purgatoire tant de soulagement que ma dévotion serait, si je le pouvais, de le faire tous les jours.

    17.  Quelquefois lorsque mon esprit est dans une si grande sécheresse qu'il m'est impossible d'en tirer une pensée pour m'unir au bon Dieu, je récite très lentement un « Notre Père » et puis un « Je vous salue Marie » ; alors ces prières me ravissent, elles nourrissent mon âme bien plus que si je les avais récitées précipitamment une centaine de fois...

    18.  L'Amour, j'en ai l'expérience                                                                                                                     Du bien du mal qu'il trouve en moi                                                                                                                    Sais profiter (quelle puissance)                                                                                                                        Il transforme mon âme en soi.

    19.  (Saint Joseph)  Je priai aussi saint Joseph de veiller sur moi ; depuis mon enfance j'avais pour lui une dévotion qui se confondait avec mon amour pour la Sainte Vierge, le priant chaque jour.

    20.  La charité ne doit pas consister dans les sentiments, mais dans les oeuvres.

    21.  Après tous ses méfaits, au lieu d'aller se cacher dans un coin pour pleurer sa misère, le petit oiseau que je suis se tourne vers son Bien Aimé Soleil, il présente à ses rayons bienfaisants ses petites ailes mouillées.

    22.  Le petit oiseau alors confie, raconte en détail ses infidélités, pensant dans son téméraire abandon acquérir ainsi plus d'empire, attirer ainsi plus pleinement l'amour de Celui qui n'est pas venu appeler les justes, mais les pécheurs...

    23.  Vous recherchez trop vos satisfactions en toutes choses. Et pourtant, savez-vous quand vous trouverez le bonheur, c'est quand vous ne le chercherez plus.

    24.  Pour ceux qui l'aiment et qui viennent après chaque indélicatesse Lui demander pardon en se jetant dans ses bras, Jésus tressaille de joie.

    25.  (Annonciation)  Oh ! Je t'aime, Marie, te disant la servante du Dieu que tu ravis par ton humilité. Cette vertu cachée te rend toute puissante, elle attire en ton coeur la Sainte Trinité.

    26.  Ah ! Si le Dieu d'amour en la vallée des larmes n'était venu chercher la trahison, la mort, la souffrance pour nous aurait été sans charmes. Maintenant nous l'aimons, elle est notre trésor.

    27.  Ah ! Seigneur, je sais que vous ne commandez rien d'impossible, vous connaissez mieux que moi ma faiblesse, mon imperfection, vous savez bien que jamais je ne pourrai aimer mes soeurs comme vous les aimez, si vous-même, ô mon Jésus, ne les aimiez encore en moi.

    28.  Il me semble que si toutes les créatures avaient les mêmes grâces que moi, le bon Dieu ne serait craint de personne, mais aimé jusqu'à la folie, et que par amour et non pas en tremblant, jamais aucune âme ne consentirait à lui faire de la peine...

    29.  Oui, il faut semer le bien autour de soi, sans s'inquiéter s'il lève. À nous le travail, à Jésus le succès.

    30.  Oui, pour que l'Amour soit pleinement satisfait, il faut qu'Il s'abaisse, qu'il s'abaisse jusqu'au néant et qu'il transforme en feu ce néant...

    31.  Non, jamais je n'ai senti si vivement avec quel amour Jésus nous reçoit quand nous lui demandons pardon après l'avoir offensé. Si moi, sa pauvre petite créature, j'ai senti tant d'amour pour vous au moment où vous êtes revenue à moi, que doit-il se passer dans le coeur du bon Dieu quand on revient vers Lui ?

    AVRIL

    1.  Oubliant ma grande misère, tu viens habiter en mon coeur. Mon faible Amour, ah quel mystère ! suffit pour t'enchaîner Seigneur.

    2.  On éprouve une si grande paix d'être absolument pauvre, de ne compter que sur le bon Dieu.

    3.  J'ai trouvé le secret de souffrir en paix... Qui dit paix ne dit pas joie, ou du moins, joie sentie... Pour souffrir en paix, il suffit de bien vouloir tout ce que Jésus veut...

    4.  Jésus ne m'apprend pas à compter mes actes de vertu ; Il m'enseigne à faire tout par amour.

    5.  Bienheureux les coeurs purs car ils verront Dieu ! Oui, ils le verront même sur la terre, où rien n'est pur, mais où toutes les créatures deviennent limpides quand elles sont vues à travers la Face de Dieu.

    6.  Jésus n'appelle pas ceux qui en sont dignes, mais ceux qu'il lui plaît.

    7.  Il est bien consolant de penser que Jésus, le Dieu Fort, a connu nos faiblesses, qu'il a tremblé à la vue du calice amer.

    8.  Le cri de Jésus sur la Croix retentissait aussi continuellement dans mon coeur : « J'ai soif ! » Je voulais donner à boire à mon Bien-Aimé et je me sentais moi-même dévorée de la soif des âmes...

    9.  C'était un véritable échange d'amour ; aux âmes je donnais le sang de Jésus, à Jésus j'offrais ces mêmes rafraîchies par sa rosée Divine, ainsi il me semblait le désaltérer.

    10.  Jésus brûle d'amour pour nous... Regarde sa Face adorable !... Regarde ses yeux éteints et baissés !... regarde ses plaies... Regarde Jésus dans sa Face... Là tu verras comme il nous aime.

    11.  Jérusalem une amère tristesse, ô Marie, comme un vaste océan vient inonder ton coeur : Jésus pendant trois jours se cache à ta tendresse. Mère, ton doux Enfant veut que tu sois l'exemple de l'âme qui le cherche dans la nuit de la foi.

    12.  Auprès du tombeau, restée la dernière, elle était venue bien avant le jour. Son Dieu vint aussi, voulant sa lumière, Marie ne pouvait le vaincre en amour ! Lui montrant d'abord sa Face bénie, bientôt un seul mot jaillit de son Coeur. Murmurant le nom si doux de Marie, Jésus lui rendit la paix, le bonheur.

    13.  Attendons, souffrons en paix, l'heure du repos approche, les légères tribulations de cette vie d'un moment produisent en nous un poids éternel de gloire...

    14.  La joie ne se trouve pas dans les objets qui nous entourent, elle se trouve au plus intime de l'âme, on peut aussi bien la posséder dans une prison que dans un palais.

    15.  Je ne suis plus, comme dans mon enfance, accessible à toute douleur ; je suis comme ressuscitée, je ne suis plus au lieu où on me croit... Oh ! Ne vous faites pas de peine pour moi, j'en suis venue à ne plus pouvoir souffrir, parce que toute souffrance m'est douce.

    16.  J'espère autant de la justice du bon Dieu que de sa miséricorde. C'est parce qu'Il est juste qu'Il est compatissant et rempli de douceur, lent à punir et abondant en miséricorde.

    17.  Dieu a certainement toutes les perfections désirables, mais, si j'ose dire, il a en même temps une grande infirmité, c'est d'être aveugle ! Et il est une science qu'il ne connaît pas : c'est le calcul...

    18.  S'il fallait que Dieu vit clair et qu'il sût calculer, croyez-vous qu'en présence de tous nos péchés, il ne nous ferait pas rentrer dans le néant ? Mais non, son amour pour nous le rend positivement aveugle !

    19.  On pourrait croire que c'est parce que je n'ai pas péché que j'ai une si grande confiance dans le bon Dieu. Si j'avais commis tous les crimes possibles, j'aurais toujours la même confiance, je sens que toute cette multitudes d'offenses serait comme une goutte d'eau jetée dans un brasier ardent.

    20.  Vivre d'Amour, c'est bannir toute crainte, tout souvenir des fautes du passé.

    21.  Me souvenant que la Charité couvre la multitude des péchés, je puise à cette mine féconde que Jésus a ouverte devant moi.

    22.  Ce qui plaît au bon Dieu dans ma petite âme, c'est de me voir aimer ma petitesse et ma pauvreté, c'est l'espérance aveugle que j'ai en sa miséricorde...

    23.  Comment, lorsqu'on jette ses fautes avec une confiance toute filiale dans le brasier dévorant de l'amour, comment ne seraient-elles pas consumées sans retour ?

    24.  « Mais pour vous, faites du bien, prêtez sans rien espérer et votre et votre récompense sera grande » nous dit Jésus. Oh oui ! La récompense est grande même sur la terre... dans cette voie il n'y a que le premier pas qui coûte.

    25.  (Saint Marc)  De mes péchés je ne vois nulle empreinte, en un instant l'Amour a tout brûlé.

    26.  Si le bon Dieu veut de belles pensées et des sentiments sublimes, il a ses anges... Il pouvait même créer des âmes si parfaites qu'elles n'auraient eu aucune des faiblesses de notre nature. Mais non, il met ses délices dans de pauvres petites créatures faibles et misérables...

    27.  Ici-bas je ne puis concevoir une plus grande immensité d'amour que celui qu'il vous a plu de me prodiguer gratuitement sans aucun mérite de ma part.

    28.  O Jésus ! Laisse-moi dans l'excès de ma reconnaissance te dire que ton amour va jusqu'à la folie...

    29.  (Sainte Catherine de Sienne)  Lorsqu'une âme s'est laissée captiver par l'odeur enivrante de vos parfums, Seigneur, elle ne saurait courir seule, toutes les âmes qu'elle aime sont entraînées à sa suite.

    30.  O mon Dieu, vous avez dépassé mon attente et moi je veux chanter vos miséricordes.

    MAI

    1.  (Saint Joseph, Travailleur) Joseph dit : « O Marie ! Laissez-moi dépenser mes forces au service de Jésus. C'est pour lui et pour vous que je travaille ; cette pensée me donne du courage, elle m'aide à supporter la fatigue et puis le soir à mon retour, une caresse de Jésus, un seul de vos regards me font oublier les labeurs de la journée. »

    2.  Ce que la Sainte Vierge a de plus que nous, c'est qu'elle ne pouvait pas pécher, qu'elle était exempte de la tâche originelle mais d'autre part, elle a bien moins de chance que nous, puisqu'elle n'a pas eu de Sainte Vierge à aimer ; et c'est une telle douceur de plus pour nous, et une telle douceur de moins pour elle.

    3.  Tout à coup la Sainte Vierge me parut belle, si belle que jamais je n'avais rien vu de si beau, son visage respirait une bonté et une tendresse ineffable, mais ce qui me pénétra jusqu'au fond de l'âme ce fut « le ravissant sourire de la Sainte Vierge ».

    4.  Ce que je sentis aux pieds de Notre-Dame des Victoires, je ne pourrais le dire... La Sainte Vierge m'a fait sentir qu'elle veillait sur moi, que j'étais son enfant, aussi je ne pouvais plus lui donner que le nom de « Maman ».

    5.  Si j'aime le bien qui est en mon prochain plus qu'il ne l'aime lui-même, ce bien est à moi plus qu'à lui. Si j'aime en saint Paul toutes les faveurs que Dieu lui a accordées, tout cela m'appartient au même titre qu'à lui. Par cette communion je puis être riche de tout le bien qui est au Ciel et sur la terre, dans les Anges, les Saints, et tous ceux qui aiment Dieu.

    6.  Sur la terre d'Égypte, il me semble, ô Marie, que dans la pauvreté ton coeur reste joyeux. Car Jésus n'est-il pas la plus belle Patrie ? Que t'importe l'exil, tu possèdes les Cieux !...

    7.  O toi qui sus créer le coeur des mères, je trouve en toi le plus tendre des Pères ! Mon seul Amour, Jésus, Verbe Éternel, pour moi ton coeur est plus que maternel.

    8.  En se donnant à Dieu, le coeur ne perd pas sa tendresse naturelle, cette tendresse au contraire grandit en devenant plus pure et plus divine.

    9.  Il n'est pas de joie comparable à celle que goûte le véritable pauvre d'esprit.

    10.  S'il me survient une inquiétude, un embarras, bien vite je me tourne vers la Sainte Vierge et toujours comme la plus tendre des Mères elle se charge de mes intérêts...

    11.  Confiez vos peines de famille au bon Dieu et ne vous en inquiétez pas davantage : tout tournera à bien pour eux... Si vous vous en inquiétez vous-même, le bon Dieu ne s'en inquiétera pas, et vous priverez vos parents des grâces que vous leur auriez obtenues par votre abandon.

    12.  Comme les petits oiseaux apprennent à chanter en écoutant leurs parents, de même les enfants apprennent la science des vertus, le chant sublime de l'Amour Divin, auprès des âmes chargées de les former à la vie.

    13.  (Notre Dame de Fatima)  Le plus beau chef-d'oeuvre du coeur de Dieu, c'est le coeur d'une mère. Je sens combien est vraie cette parole et je remercie le Seigneur de m'en avoir fait faire la douce expérience.

    14.  Le bon Dieu m'a toujours fait désirer ce qu'il voulait me donner.

    15.  Qu'elle est donc grande la puissance de la Prière ! On dirait une reine à chaque instant libre accès auprès du roi et pouvant obtenir tout ce qu'elle demande.

    16.  Si je souffre beaucoup et toujours davantage, je n'ai point peur, le bon Dieu me donnera la force, il ne m'abandonnera pas.

    17.  Je n'ai pu trouver nulle créature qui m'aimât toujours, sans jamais mourir. Il me faut un Dieu prenant ma nature, devenant mortel et pouvant souffrir !

    18.  Tu nous aimes, Marie, comme Jésus nous aime et tu consens pour nous à t'éloigner de Lui. Aimer c'est tout donner et se donner soi-même, tu voulus le prouver en restant notre appui.

    19.  Qui pourra dire la valeur que le bon Dieu attache à la simplicité, puisque seule elle est trouvée digne de rehausser l'éclat de la charité ?

    20.  O Marie, si j'étais la Reine du Ciel et que vous soyez Thérèse, je voudrais être Thérèse afin que vous soyez la Reine du Ciel !!!

    21.  (Ascension)  De même que dans la nature, toutes les saisons sont arrangées de manière à faire éclore au jour marqué la plus humble pâquerette, de même tout correspond au bien de chaque âme.

    22.  O Mère bien-aimée, malgré ma petitesse comme toi je possède en moi le Tout Puissant. Mais je ne tremble pas en voyant ma faiblesse : le trésor de la mère appartient à l'enfant.

    23.  Bien des âmes disent : je n'ai pas la force d'accomplir tel sacrifice. Qu'elles fassent donc ce que j'ai fait : un grand effort. Le bon Dieu ne refuse jamais cette première grâce qui donne le courage d'agir ; après cela le coeur se fortifie et l'on va de victoire en victoire.

    24.  « Celui qui fait la volonté de mon Père, celui-là est ma Mère, mes frères et mes soeurs. » Oui, celui qui aime Jésus est toute sa famille : Jésus trouve dans ce coeur unique qui n'a pas son semblable, tout ce qu'Il désire. Il y trouve son Ciel !

    25.  La plus petite âme qui M'aime devient pour moi le Paradis !

    26.  Oui je le sens, lorsque je suis charitable, c'est Jésus seul qui agit en moi : plus je suis unie à lui, plus aussi j'aime toutes mes soeurs.

    27.  Ce qui me fait du bien quand je pense à la Sainte Famille, c'est de m'imaginer une vie toute ordinaire. Pas tout ce qu'on raconte, tout ce qu'on suppose. Mais non, tout dans leur vie s'est fait comme dans la nôtre.

    28.  Être petit, c'est ne point se décourager de ses fautes, car les enfants tombent souvent, mais ils sont trop petits pour se faire beaucoup de mal.

    29.  Demander à la Sainte Vierge, ce n'est pas la même chose que de demander au bon Dieu. Elle sait bien ce qu'elle doit faire de mes petits désirs, s'il faut qu'elle les dise ou pas... enfin, c'est à elle de voir pour ne pas forcer le bon Dieu à m'exaucer, pour le laisser faire en tout sa volonté.

    30.  Quand on a prié la Sainte Vierge et qu'elle ne nous exauce pas, c'est signe qu'elle ne veut pas. Alors il faut la laisser faire à son idée et ne pas se tourmenter.

    31.  (Visitation)  Chez Sainte Élisabeth recevant ta visite, j'apprends à pratiquer l'ardente charité. Là j'écoute ravie, Douce Reine des anges, le cantique sacré qui jaillit de ton coeur. Tu m'apprends à chanter les divines louanges, à me glorifier en Jésus mon Sauveur.

    JUIN

    1.  Ah ! Qu'il fut doux le premier baiser de Jésus à mon âme [lors de ma première communion] ! Ce fut un baiser d'amour, je me sentais aimée, et je disais aussi : « Je vous aime, je me donne à vous pour toujours. »

    2.  [Pour la communion]  Je me figure mon âme comme un terrain libre, et je prie la Sainte Vierge d'ôter les décombres qui pourraient l'empêcher d'être libre, ensuite je la supplie de dresser elle-même une vaste tente digne du Ciel, de l'orner de ses propres parures et puis j'invite tous les Saints et les Anges à venir faire un magnifique concert. Il me semble lorsque Jésus descend dans mon coeur qu'Il est content de se trouver si bien reçu et moi je suis contente aussi.

    3.  Prie bien le Sacré Coeur, tu sais, moi je ne vois pas le Sacré Coeur comme tout le monde, je pense que le coeur de mon époux est à moi seule comme le mien est à lui seul et je lui parle alors dans la solitude de ce délicieux coeur à coeur en attendant de le contempler un jour face à face !

    4.  Mon Ciel, il est caché dans la petite Hostie où Jésus, mon Époux, se voile par amour. À ce Foyer Divin je vais puiser la vie, et là mon Doux Sauveur m'écoute nuit et jour.

    5.  Tu me le fais sentir, ce n'est pas impossible de marcher sur tes pas, ô Reine des élus. L'étroit chemin du Ciel, tu l'as rendu visible en pratiquant toujours les plus humbles vertus.

    6.  Comment veux-tu, devant la Folie de ton amour, que mon coeur ne s'élance pas vers toi ? Comment ma confiance aurait-elle des bornes...

    7.  J'ai besoin d'un coeur brûlant de tendresse, restant mon appui sans aucun retour, aimant tout en moi, même ma faiblesse... ne me quittant pas la nuit et le jour.

    8.  Ah ! Je ne puis recevoir la Sainte Communion aussi souvent que je le désire, mais, Seigneur, n'êtes-vous pas Tout-Puissant ? Restez en moi, comme au tabernacle, ne vous éloignez jamais de votre petite hostie...

    9.  « Cette année le 9 juin, fête de la Sainte Trinité, j'ai reçu la grâce de comprendre plus que jamais combien Jésus désire être aimé. »

    10.  Ce n'est pas pour rester dans le ciboire d'or que Dieu descend chaque jour du Ciel, c'est afin de trouver un autre Ciel qui lui est infiniment plus cher que le premier, le Ciel de notre âme, faite à son image, le temple vivant de l'adorable Trinité !...

    11.  Ah je le sens plus que jamais Jésus est altéré, il trouve, hélas ! peu de coeurs qui se livrent à lui sans réserve, qui comprennent toute la tendresse de son Amour infini.

    12.  Il vient en moi ; par sa présence, je suis un vivant ostensoir !

    13.  Je veux enseigner aux âmes qu'il n'y a qu'une seule chose à faire ici-bas : jeter à Jésus les fleurs des petits sacrifices, le prendre par des caresses, c'est comme cela que je l'ai pris, et c'est pour cela que je serai si bien reçue au Ciel.

    14.  (Saint Sacrement)  Toi qui connais ma petitesse extrême, tu ne crains pas de t'abaisser vers moi ! Viens en mon coeur, ô blanche Hostie que j'aime, viens en mon coeur, il aspire vers toi !

    15.  Toi le Grand Dieu que tout le Ciel adore, Tu vis en moi, Prisonnier nuit et jour. Ta douce voix à toute heure m'implore, tu me redis : « J'ai soif... j'ai soif d'Amour !... »

    16.  Je comprends et je sais par expérience « Que le royaume de Dieu est au-dedans de nous. » Jésus n'a point besoin de livres et de docteurs pour instruire les âmes, Lui, le Docteur des docteurs, il enseigne sans bruit de paroles...

    17.  O Vierge Immaculée ! C'est toi ma Douce Étoile qui me donne Jésus et qui m'unit à lui.

    18.  Je me suis offerte à Jésus non comme une personne qui désire recevoir sa visite pour sa propre consolation, mais au contraire pour le plaisir de Celui qui se donne à moi.

    19.  (Sacré-Coeur)  O Coeur de Jésus, trésor de tendresse, c'est toi mon bonheur, mon unique espoir.

    20.  Mon Dieu, je vous offre toutes les actions que je vais faire aujourd'hui, dans les intentions et pour la gloire du Coeur Sacré de Jésus ; je veux sanctifier les battements de mon coeur, mes pensées et mes oeuvres les plus simples en les unissant à ses mérites infinis.

    21.  Comme on est venu me déranger après la communion ! On m'a regardée sous le nez... mais pour ne pas m'agacer j'ai pensé à Notre Seigneur qui se retirait dans la solitude sans pouvoir empêcher le peuple de l'y suivre. Et il ne le renvoyait pas. J'ai voulu l'imiter en accueillant bien les soeurs.

    22.  J'ai remarqué bien des fois que Jésus ne me donne pas de provisions, il me nourrit à chaque instant d'une nourriture toute nouvelle, je la trouve en moi sans savoir comment elle y est...

    23.  Depuis qu'il m'a été donné de comprendre l'amour du coeur de Jésus, je vous avoue qu'il a chassé de mon coeur toute crainte.

    24.  (Nativité de saint Jean-Baptiste)  Oui, pour que l'Amour soit pleinement satisfait, il faut qu'il s'abaisse, qu'il s'abaisse jusqu'au néant et qu'il transforme en feu ce néant.

    25.  Je compris que si l'Église avait un corps, composé de différents membres le plus nécessaire, le plus noble ne lui manquait pas, je compris que l'Église avait un Coeur, et que ce Coeur était brûlant d'Amour.

    26.  Je compris que l'Amour renfermait toutes les Vocations, que l'Amour était tout, qu'il embrassait tous les temps et tous les lieux... en un mot qu'il est Éternel !...

    27.  Oui j'ai trouvé ma place dans l'Église et cette place, ô mon Dieu, c'est vous qui me l'avez donnée... dans le Coeur de l'Église, ma Mère, je serai l'Amour... ainsi je serai tout...

    28.  O mon Jésus ! Je t'aime, j'aime l'Église ma Mère, je me souviens que le plus petit mouvement de pur amour lui est plus utile que toutes les autres oeuvres réunies ensemble.

    29.  (Saints Pierre et Paul)  Je comprends très bien que saint Pierre soit tombé. Ce pauvre saint Pierre, il s'appuyait sur lui-même au lieu de s'appuyer uniquement sur la force du bon Dieu. Je suis bien sûre que s'il avait dit humblement à Jésus « Accordez-moi je vous en prie, la force de vous suivre jusqu'à la mort », il l'aurait eue aussitôt.

    30.  O Marie ! Daignez enseigner au prêtre avec quel amour vous touchiez le Divin Enfant Jésus et l'enveloppiez de langes, afin qu'il puisse monter au Saint Autel et porter en ses mains le Roi des Cieux.

    JUILLET

    1.  De même que le soleil éclaire en même temps les cèdres et chaque petite fleur comme si elle était seule sur terre, de même Notre Seigneur s'occupe aussi particulièrement de chaque âme que si elle n'avait pas de semblables.

    2.  Pour moi la prière, c'est un élan du coeur, c'est un simple regard jeté vers le Ciel, c'est un cri de reconnaissance et d'amour au sein de l'épreuve comme au sein de la joie.

    3.  (Saint Thomas)  Jésus je ne te demande que la paix, et aussi l'amour, l'amour infini sans limite autre que toi, l'amour qui ne soit plus moi mais toi mon Jésus.

    4.  Souvent le silence seul est capable d'exprimer ma prière, mais l'hôte du divin tabernacle comprend tout ; même le silence d'une enfant qui est remplie de reconnaissance.

    5.  Je pense que les petits enfants plaisent autant à leurs parents lorsqu'ils dorment que lorsqu'ils sont éveillés, je pense que pour faire des opérations, les médecins endorment leurs malades. Enfin je pense que : Le Seigneur voit notre fragilité, qu'Il se souvient que nous ne sommes que poussière.

    6.  Quand j'ai commis une faute qui me rend triste, je sais bien que la tristesse est la conséquence de mon infidélité. Mais croyez-vous que j'en reste là ?! Oh ! Non, pas si sotte ! Je m'empresse de dire au bon Dieu : mon Dieu, je sais que ce sentiment de tristesse, je l'ai mérité, mais laissez-moi vous l'offrir tout de même. Je regrette mon péché, mais je suis contente d'avoir cette souffrance à vous offrir.

    7.  Mon Ciel est de pouvoir attirer sur les âmes, sur l'Église ma mère et sur toutes mes soeurs les grâces de Jésus et ses divines flammes qui savent embaumer et réjouir les coeurs.

    8.  Il vaut mieux parler avec Dieu que de parler de Dieu, car il se mêle tant d'amour-propre dans les conversations spirituelles !

    9.  Je comprends que ton âme, ô Vierge Immaculée, soit plus chère au Seigneur que le divin séjour. Je comprends que ton âme, Humble et Douce Vallée, peut contenir Jésus, l'Océan de l'Amour.

    10.  Le mérite ne consiste pas à faire ni à recevoir beaucoup, mais plutôt à recevoir, à aimer beaucoup...

    11.  (Saint Benoît)  Le Tout Puissant a donné aux Saints pour point d'appui : Lui-même et Lui seul. Pour levier : l'oraison, qui embrase d'un feu d'amour, et c'est ainsi qu'ils ont soulevé le monde, c'est ainsi que les Saints encore militants le soulèvent.

    12.  Jamais je n'oublierai l'impression que me fit la mer, sa majesté, le mugissement de ses flots, tout parlait à mon âme de la Grandeur et de la Puissance du bon Dieu.

    13.  J'ai vu les beautés de la terre, et mon âme a rêvé les Cieux...

    14.  Ce qui attire le plus les grâces du bon Dieu, c'est la reconnaissance, car si nous le remercions d'un bienfait, il est touché et s'empresse de nous en faire dix autres, et si nous le remercions encore avec la même effusion, quelle multiplication de grâces !

    15.  Mon Ciel, je l'ai trouvé dans la Trinité Sainte qui réside en mon coeur, prisonnière d'amour. Là, contemplant mon Dieu, je lui redis sans crainte que je veux le servir et l'aimer sans retour.

    16.  (Notre Dame du Mont Carmel)  En grandissant j'avais compris que c'était au Carmel qu'il me serait possible de trouver véritablement le manteau de la Sainte Vierge et c'était vers cette montagne fertile que tendaient tous mes désirs.

    17.  J'aimais tant la campagne, les fleurs, les oiseaux ! J'allais m'asseoir seule sur l'herbe fleurie, alors mes pensées étaient bien profondes et sans savoir ce que c'était de méditer, mon âme se plongeait dans une réelle oraison.

    18.  Je ne souffre qu'un instant. C'est parce qu'on pense au passé et à l'avenir qu'on se décourage et qu'on se désespère.

    19.  J'aime beaucoup les prières communes car Jésus a promis de se trouver au milieu de ceux qui s'assemblent en son nom, je sens alors que la ferveur de mes soeurs supplée à la mienne.

    20.  Le Seigneur a dit : Dites au juste que tout est bien. Oui tout est bien, lorsqu'on ne recherche que la volonté de Jésus.

    21.  Aussi puis-je dire en mon nom, au nom de tous mes frères : Ayez pitié de nous Seigneur, car nous sommes de pauvres pécheurs !... Oh ! Seigneur, renvoyez nous justifiés...

    22.  (Sainte Marie Madeleine)  Vivre d'Amour c'est t'imiter Marie, baignant de pleurs, de parfums précieux, tes pieds divins qu'elle baise ravie, les essuyant avec ses longs cheveux. Puis se levant, elle brise le vase, ton Doux Visage elle embaume à son tour. Moi le parfum dont j'embaume ta Face, c'est mon Amour.

    23.  Au lieu de m'avancer avec le pharisien, je répète, remplie de confiance, l'humble prière du publicain, mais surtout j'imite la conduite de Madeleine, son étonnante ou plutôt son amoureuse audace qui charme le Coeur de Jésus, séduit le mien.

    24.  Père Miséricordieux, au nom de notre Doux Jésus, de la Vierge Marie et des Saints, je vous demande de m'embraser de votre Esprit d'Amour et de m'accorder la grâce de vous faire beaucoup aimer.

    25.  (Saint Jacques de Compostelle)  Sans se montrer, sans faire entendre sa voix, Jésus m'instruit dans le secret.

    26.  Lorsqu'un jardinier entoure de soins un fruit qu'il veut faire mûrir avant la saison, ce n'est pas pour le laisser suspendu à l'arbre, mais afin de le présenter sur une table brillamment servie. C'était dans une intention semblable que Jésus prodiguait ses grâces à sa petite fleurette...

    27.  Que les beautés de la nature répandues à profusion ont fait de bien à mon âme, comme elles l'ont élevée vers Celui qui s'est plu à jeter de pareils chefs d'oeuvre sur une terre d'exil qui ne doit durer qu'un jour...

    28.  Il est là qui t'accompagne, Il veut cheminer avec toi.

    29.  Pour une souffrance supportée avec joie, quand je pense que pendant toute l'éternité on aimera mieux le bon Dieu !

    30.  Oh ! Que j'aime, Marie, ton éloquent silence, pour moi c'est un concert doux et mélodieux qui me dit la grandeur et la toute-puissance d'une âme qui n'attend son secours que des Cieux.

    31.  C'est la prière, c'est le sacrifice qui font toute ma force.

    AOÛT

    1.  L'Évangile m'apprend et mon coeur me révèle.

    2.  Marie, ton regard maternel bannit toutes mes craintes. Il m'apprend à pleurer, il m'apprend à jouir : au lieu de mépriser les joies pures et saintes, tu veux les partager, tu daignes les bénir.

    3.  Quand je prends l'Écriture Sainte, tout me semble lumineux, une seule parole découvre à mon âme des horizons infinis, la perfection me semble facile, je vois qu'il suffit de connaître son néant et de s'abandonner comme un enfant dans les bras du Bon Dieu.

    4.  (Saint Curé d'Ars)  De votre Bouche Adorée, nous avons entendu la plainte amoureuse ; comprenant que la soif qui vous consume est une soif d'Amour, nous voudrions pour vous désaltérer posséder un Amour infini... Eh bien ! Donnez nous cet amour et venez vous désaltérer en nous...

    5.  Le Ciel est tout près de la terre. Le Seigneur connaît tes désirs, les Saints entendent ta prière. Ils recueillent tous tes soupirs, les Bienheureux et les saints Anges ne cessent de te protéger ; toutes les célestes phalanges m'ont prié de te l'assurer.

    6.  (Transfiguration)  Vivre d'Amour, ce n'est pas sur la terre fixer sa tente au sommet du Thabor. Avec Jésus, c'est gravir le Calvaire, c'est regarder la Croix comme un trésor !

    7.  Aimer c'est tout donner et se donner soi-même.

    8.  (Saint Dominique)  Il n'y a qu'une seule chose à faire pendant la nuit de la vie qui ne viendra qu'une fois, c'est d'aimer, d'Aimer Jésus de toute la force de notre coeur et de lui sauver des âmes pour qu'il soit aimé...

    9.  (Sainte Thérèse-Bénédicte de La Croix)  Afin de vivre dans un acte de parfait Amour je m'offre comme victime d'holocauste à votre Amour miséricordieux, vous suppliant de me consumer sans cesse, laissant déborder en mon âme les flots de tendresse infinie qui sont renfermés en vous et qu'ainsi je devienne Martyre de votre amour, ô mon Dieu !

    10« Immolez à Dieu des sacrifices de louanges et d'actions de grâces. » Voilà ce que Jésus réclame de nous, il n'a point besoin de nos oeuvres, mais seulement de notre amour.

    11.  J'ai reconnu bien vite que plus on avance dans le chemin de sainteté plus on se croit éloigné du terme, aussi maintenant je me résigne à me voir toujours imparfaite et j'y trouve ma joie...

    12.  Pense donc que Jésus est là dans le tabernacle exprès pour toi, pour toi seule, il brûle du désir d'entrer dans ton coeur...

    13.  Le plus petit mouvement de pur Amour est plus utile à l'Église que toutes les oeuvres réunies...

    14.  (Saint Maximilien Kolbe)  À la mort, quand je verrai le bon Dieu si bon, qui voudra me combler de sa tendresse pendant toute l'éternité, et que moi, je ne pourrai plus jamais lui prouver la mienne par des sacrifices, cela me sera impossible à supporter si je n'ai pas fait , sur la terre, tout ce que j'aurai pu pour lui faire plaisir.

    15.  (Assomption)  En toi Marie le Tout-Puissant a fait de grandes choses ; je veux les méditer, enfin de l'en bénir.

    16.  Je vous supplie d'être vous-même le Réparateur de mon âme, d'agir en moi sans tenir compte de mes résistances.

    17.  Vraiment si le Bon Dieu ne se chargeait de tout je ne serais comment je ferais. Mais j'ai une si grande confiance en lui qu'il ne pourra pas m'abandonner, je remets tout entre ses mains...

    18.  Oui je le sens lorsque je suis charitable, c'est Jésus seul qui agit en moi ; plus je suis unie à Lui, plus aussi j'aime toutes mes soeurs.

    19.  Sans doute, c'est une grande grâce de recevoir les Sacrements ; mais quand le bon Dieu ne le permet pas, c'est bien quand même tout est grâce.

    20.  (Saint Bernard)  Mon Bien-Aimé, ma faiblesse est extrême. Ah ! Je suis loin d'être un ange du Ciel ! Mais si je tombe à chaque heure qui passe, me relevant tu viens à mon secours. À chaque instant tu me donnes ta grâce, je vis d'amour.

    21.  L'amour se nourrit de sacrifices, plus l'âme se refuse de satisfactions naturelles, plus sa tendresse devient forte et désintéressée.

    22.  (Marie Reine)  On sait bien que la Sainte Vierge est la Reine du Ciel et de la terre, mais elle est plus Mère que reine.

    23.  Je vois toujours le bon côté des choses. Il y en a qui prennent tout de manière à se faire plus de peine.

    24.  Vivre d'Amour, c'est naviguer sans cesse, semant la paix, la joie dans tous les coeurs. Pilote Aimé, la Charité me presse car je te vois dans les âmes de mes soeurs.

    25.  Quel bonheur de penser que le bon Dieu, la Trinité toute entière nous regarde, qu'elle est en nous et se plaît à nous considérer.

    26.  Personne, a dit Jésus, n'allume un flambeau pour le mettre sous un boisseau, mais on le met sur le chandelier, afin qu'il éclaire tous ceux qui sont dans la maison. Il me semble que ce flambeau représente la charité qui doit éclairer, réjouir, non seulement ceux qui me sont les plus chers, mais tous ceux qui sont dans la maison, sans excepter personne.

    27.  Le visage est le reflet de l'âme, il doit toujours être calme, comme celui d'un petit enfant toujours content, même lorsque vous êtes seule, parce que vous êtes constamment en spectacle à Dieu et aux anges.

    28.  L'amour donne tout et se confie ! Mais bien souvent, nous ne donnons qu'après délibération, nous hésitons à sacrifier nos intérêts temporels et spirituels, Ce n'est pas l'amour cela ! L'amour est aveugle, c'est un torrent qui ne laisse rien sur son passage.

    29.  Rester petite enfant devant le bon Dieu, c'est reconnaître son néant, attendre tout du bon Dieu, comme un petit enfant attend tout de son père : c'est ne s'inquiéter de rien.

    30.  Je n'ai d'autre moyen de te prouver mon amour, mon Bien Aimé, que de jeter des fleurs, c'est-à-dire de ne laisser échapper aucun petit sacrifice, aucun regard, aucune parole, de profiter de toutes les plus petites choses et de les faire par amour...

    31.  Qu'importe, mon Jésus, si je tombe à chaque instant, je vois par là ma faiblesse et c'est pour moi un grand gain... Vous voyez par là ce que je puis faire et maintenant vous serez plus tenté de me porter en vos bras...

    SEPTEMBRE

    1.  Le travail est bien nécessaire et Je viens le sanctifier, mais d'une fervente prière il faut toujours l'accompagner.

    2.  Puisque dans la vie, il arrive que la continuité d'une chose fatigue, il vaut mieux n'embrasser, en fait de pratique, que ce qu'on croit pouvoir porter avec persévérance.

    3.  Jamais je n'ai entendu Jésus parler, mais je sens qu'Il est en moi, à chaque instant, Il me guide, m'inspire ce que je dois dire ou faire.

    4.  J'ai compris que sans l'amour, toutes les oeuvres ne sont que néant, même les plus éclatantes, comme de ressusciter les morts ou de convertir les peuples...

    5.  L'amour de Jésus pour toi ne saurait être compris que de Jésus !... Jésus a fait des folies pour toi... Fais des folies pour Jésus... L'amour ne se paie que par l'amour.

    6.  Depuis que j'ai compris qu'il m'était impossible de rien faire par moi-même, ma responsabilité auprès des novices ne me parut plus difficile, j'ai senti que l'unique chose nécessaire était de m'unir de plus en plus à Jésus et que le reste me serait donné de surcroît.

    7.  Je ne regarde pas autant à la grandeur des actions ni même à leur difficulté qu'à l'amour qui fait faire ces actes...

    8.  (Nativité de la Vierge Marie)  En attendant le Ciel, ô ma Mère chérie, je veux vivre avec toi, te suivre chaque jour. Mère, en te contemplant, je me plonge ravie, découvrant dans ton coeur des abîmes d'amour.

    9.  L'unique bonheur sur la terre c'est de s'appliquer à toujours trouver délicieuse la part que Jésus nous donne.

    10.  Les richesses infinies du Coeur de Jésus suppléeront à tout ce qu'il me manque pour accomplir l'oeuvre qu'Il me confie.

    11.  Je n'attends sur terre aucune rétribution : je fais tout pour le Bon Dieu, comme cela je ne puis rien perdre et je suis toujours très bien payée du mal que je me donne à servir le prochain.

    12.  Je me lève d'autant plus joyeuse et pleine de courage que je prévois dans la journée plus d'occasions de témoigner mon amour à Jésus et de gagner la vie de mes enfants, les pauvres pécheurs.

    13.  O Jésus s'il faut que la table souillée par les pécheurs soit purifiée par une âme qui vous aime, je veux bien y manger seule le pain de l'épreuve jusqu'à ce qu'il vous plaise de m'introduire dans votre lumineux royaume.

    14.  (Croix glorieuse)  Sur cette terre où tout change, une seule chose reste stable, c'est la conduite du Roi des Cieux à l'égard de ses amis ; depuis qu'Il a élevé l'étendard de la Croix, c'est à son ombre que tous doivent combattre et remporter la victoire.

    15.  (Notre Dame des Douleurs)  Il faut pour qu'un enfant puisse chérir sa mère qu'elle pleure avec lui, partage ses douleurs. O ma Mère chérie, sur la rive étrangère, pour m'attirer à toi que tu versas de pleurs !

    16.  Mais pour être une apôtre, bien trop faible est mon coeur. Oh ! Prêtez-moi le vôtre Jésus, mon doux Sauveur !

    17.  Partout on peut devenir saint.

    18.  Ce ne sont pas les travaux de Marthe que Jésus blâme, ces travaux, sa divine Mère s'y est humblement soumise toute sa vie puisqu'il fallait préparer les repas de la Sainte Famille. C'est l'inquiétude seule de son ardente hôtesse qu'il voudrait corriger.

    19.  C'est bien vrai que « jamais l'amour ne prétexte d'impossibilité parce qu'il se croit tout possible et tout permis »... La prudence humaine au contraire tremble à chaque pas et n'ose pour ainsi dire poser le pied.

    20.  Je crois tout simplement que c'est Jésus Lui-même caché au fond de mon pauvre petit coeur qui me fait la grâce d'agir en moi et me fait penser tout ce qu'Il veut que je fasse au moment présent.

    21.  (Saint Matthieu)  Je devrais au lieu de me réjouir de ma sécheresse l'attribuer à mon peu de ferveur et de fidélité, je devrais me désoler de dormir (depuis 7 ans) pendant mes oraisons et mes actions de grâce, et bien, je ne me désole pas...

    22.  Il y a une façon si gracieuse de refuser ce qu'on ne peut donner, que le refus fait autant plaisir que le don.

    23.  (Saint Padre Pio)  On obtient de Dieu autant qu'on en espère.

    24.  Je veux t'aimer comme un petit enfant, je veux lutter comme un guerrier vaillant.

    25.  Ce que le Bon Dieu nous demande c'est de ne pas vous arrêter aux fatigues de la lutte, c'est de ne pas nous décourager.

    26.  Si toujours tu restes fidèle à faire plaisir à Jésus dans les petites choses, Lui se trouvera OBLIGÉ de t'aider dans les GRANDES...

    27.  (Saint Vincent de Paul)  Je sentis en un mot la charité entrer dans mon coeur, le besoin de m'oublier pour faire plaisir, et depuis lors je fus heureuse !

    28.  Avant d'exaucer tous ceux qui me prieront je commencerai par bien regarder dans les yeux du bon Dieu pour voir si je ne demande pas une chose contraire à sa volonté.

    29.  (Saints Michel, Gabriel et Raphaël)  La pureté de l'ange est le brillant partage. Son immense bonheur ne doit jamais finir. Mais sur le Séraphin vous avez l'avantage : vous pouvez être purs, et vous pouvez souffrir !

    30.  Mon Ange, je t'en supplie, vole à ma place auprès de ceux qui me sont chers. De ton aile, sèche leurs larmes, chante combien Jésus est bon.

    OCTOBRE

    1.  (Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus et de la Sainte Face !)  Ma mission va commencer, ma mission de faire aimer le bon Dieu comme je l'aime, de donner ma petite voie aux âmes. Si le bon Dieu exauce mes désirs, mon Ciel se passera sur la terre jusqu'à la fin du monde. Oui, je veux passer mon Ciel à faire du bien sur la terre.

    2.  (Saints Anges gardiens)  Glorieux Gardien de mon âme, toi qui brilles dans le beau Ciel comme une douce et pure flamme près du trône de l'Éternel, tu descends pour moi sur la terre et m'éclairant de ta splendeur, Bel Ange, tu deviens mon Frère, mon Ami, mon Consolateur.

    3.  Ne pouvant être missionnaire d'action, je voulais l'être par l'amour et la pénitence.

    4.  (Saint François d'Assise)  Rappelle-toi de la fête des anges, rappelle-toi de l'harmonie des Cieux, et de la joie des sublimes phalanges, lorsqu'un pécheur vers toi lève les yeux. Ah ! Je veux augmenter cette grande allégresse. Jésus pour les pécheurs je veux prier sans cesse.

    5.  Divin Jésus, écoutez la prière que je vous adresse pour celui qui voudrait être votre missionnaire, garde-le au milieu des dangers du monde, faites lui sentir de plus en plus le néant et la vanité des choses passagères et le bonheur de savoir les mépriser pour votre amour.

    6.  Je veux être fille de l'Église et prier dans les intentions du Saint Père le Pape, sachant que ses intentions embrassent l'univers.

    7.  De même qu'un torrent se jetant avec impétuosité dans l'océan entraîne après lui tout ce qu'il a rencontré sur son passage, de même, ô mon Jésus, l'âme qui se plonge dans l'océan sans rivages de votre amour attire avec elle toutes les âmes qu'elle aime. 

    8.  Le créateur de l'univers attend la prière d'une pauvre âme pour sauver les autres âmes comme elle au prix de tout son sang.

    9.  Ça rend si bon d'avoir de la peine, ça porte à être régulière et charitable.

    10.  Je désire être Sainte, mais je sens mon impuissance, et je vous demande, ô mon Dieu ! d'être vous-même ma sainteté.