• Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu 2, 1-12

     

    « Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or voici que des mages venus d'Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile à l'orient et nous sommes venus se prosterner devant lui. »

    En apprenant cela, le roi Hérode fut bouleversé, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les grands prêtres et les scribes du peuple, pour leur demander où devait naître le Christ.

    Il lui répondirent : « À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète : Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n'es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. »

    Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l'étoile était apparue ; puis il les envoyat à Bethléem en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l'enfant. Et quand vous l'aurez trouvé, venez me l'annoncer pour que j'aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Après avoir entendu le roi, ils partirent.

    Et voici que l'étoile qu'ils avaient vue à l'orient les précédait, jusqu'à ce qu'elle vienne s'arrêter au-dessus de l'endroit où se trouvait l'enfant.

    Quand ils virent l'étoile, ils se réjouirent d'une très grande joie. Ils entrèrent dans la maison, ils virent l'enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à ses pieds, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l'or, de l'encens et de la myrrhe.

    Mais, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin. »

     

    Bonne fête de l'Épiphanie !

     

     

    Bonne fête de l'Épiphanie à tous !


    votre commentaire
  •    Petite fleur du Carmel vous souhaite une très heureuse et sainte année 2020 ! yes

     


    votre commentaire
  • Racontée par elle-même, voici la Grâce de Noël 1886 de Thérèse Martin alors qu'elle a 13 ans:

    J'étais vraiment insupportable par ma trop grande sensibilité ; ainsi, s'il m'arrivait de faire involontairement une petite peine à une personne que j'aimais, au lieu de prendre le dessus et de ne pas pleurer, ce qui augmentait ma faute au lieu de la diminuer, je pleurais comme une Madeleine et lorsque je commençais à me consoler de la chose en elle-même, je pleurais d'avoir pleuré... Tous les raisonnements étaient inutiles et je ne pouvais arriver à me corriger de ce vilain défaut. Je ne sais comment je me berçais de la douce pensée d'entrer au Carmel, étant encore dans les langes de l'enfance !... Il fallut que le Bon Dieu fasse un petit miracle pour me faire grandir en un moment et ce miracle il le fit au jour inoubliable de Noël ; en cette nuit lumineuse qui éclaire les délices de la Trinité Sainte, Jésus, le doux petit Enfant d'une heure, changea la nuit de mon âme en torrents de lumière... En cette nuit où Il se fit faible et souffrant pour mon amour, Il me rendit forte et courageuse, Il me revêtit de ses armes et depuis cette nuit bénie, je ne fus vaincue en aucun combat, mais au contraire je marchai de victoires en victoires et commençai pour ainsi dire, «une course de géant!...»

    La source de mes larmes fut tarie et ne s'ouvrit depuis que rarement et difficilement ce qui justifia cette parole qui m'avait été dite : «Tu pleures tant dans ton enfance que plus tard tu n'auras plus de larmes à verser!...»

    Ce fut le 25 décembre 1886 que je reçus la grâce de sortir de l'enfance, en un mot la grâce de ma complète conversion.  Nous revenions de la messe de minuit où j'avais eu le bonheur de recevoir le Dieu fort et puissant. En arrivant aux Buissonnets je me réjouissais d'aller prendre mes souliers dans la cheminée, cet antique usage nous avait causé tant de joie pendant notre enfance que Céline voulait continuer à me traiter comme un bébé puisque j'étais la plus petite de la famille... Papa aimait à voir mon bonheur, à entendre mes cris de joie en tirant chaque surprise des souliers enchantés, et la gaîté de mon Roi chéri augmentait beaucoup mon bonheur, mais Jésus voulant me montrer que je devais me défaire des défauts de l'enfance m'en retira aussi les innocentes joies ; il permit que Papa, fatigué de la messe de minuit, éprouvât de l'ennui en voyant mes souliers dans la cheminée et qu'il dît ces paroles qui me percèrent le coeur : «Enfin, heureusement que c'est la dernière année!...» Je montais alors l'escalier pour aller défaire mon chapeau, Céline connaissant ma sensibilité et voyant des larmes briller dans mes yeux eut aussi bien envie d'en verser, car elle m'aimait beaucoup et comprenait mon chagrin : «O Thérèse! me dit-elle, ne descends pas, cela te ferait trop de peine de regarder tout de suite dans tes souliers.» Mais Thérèse n'était plus la même, Jésus avait changé son coeur ! Refoulant mes larmes, je descendis rapidement l'escalier et comprimant les battements de mon coeur, je pris mes souliers et les posant devant Papa, je tirai joyeusement tous les objets, ayant l'air heureuse comme une reine. Papa riait, il était aussi redevenu joyeux et Céline croyait rêver !... Heureusement c'était une douce réalité, la petite Thérèse avait retrouvé la force d'âme qu'elle avait perdue à 4 ans et demi et c'était pour toujours qu'elle devait la conserver !... (Ms A, 44v-45r)

     

     

    Je vous souhaite une très Joyeuse Nativité de l'Enfant Jésus ! Une excellente et Sainte Année 2020 ! yes

     

     


    votre commentaire
  • L'Assomption de la Vierge Marie

                                                            

                                                           OFFICE DU MATIN


    Invit.  Venez, adorons le Roi des rois : aujourd'hui la Vierge, sa mère, est élevée dans les cieux.  


                         L'HYMNE

                         Elle est bénie de Dieu,
                         La Vierge
                         Docile au souffle de l'Esprit,
                         Elle est bénie de Dieu !
                         Voici la nouvelle Ève
                         Promise aux joies du Paradis.

                         Elle est bénie de Dieu,
                         La Femme
                         Qui met au jour le premier-né,
                         Elle est bénie de Dieu !
                         Tout homme la proclame :
                         " Heureuse " en son humilité.

                         Elle est bénie de Dieu,
                         La Mère
                         Qui voit mourir son Fils en croix,
                         Elle est bénie de Dieu !
                         Debout près du calvaire,
                         Elle ouvre l'âge de la foi.

                         Elle est bénie de Dieu,
                         La Reine
                         Qui prie pour nous, pauvres pécheurs,
                         Elle est bénie de Dieu !
                         Sa gloire nous entraîne
                         Au jour promis par le Seigneur.


                         PSAUME 62. Soif de Dieu

    Ant.  Sainte Vierge Marie, par toi le salut est entré dans le monde. Réjouis-toi près du Seigneur.

                         Dieu, tu es mon Dieu,
                         je te cherche dès l'aube :
                         mon âme a soif de toi ;
                         après toi languit ma chair,
                         terre aride, altérée, sans eau.

                         Je t'ai contemplé au sanctuaire,
                         j'ai vu ta force et ta gloire.
                         Ton amour vaut mieux que la vie :
                         tu seras la louange de mes lèvres !

                         Toute ma vie je vais te bénir,
                         lever les mains en invoquant ton nom.
                         Comme par un festin je serai rassasié ;
                         la joie sur les lèvres, je dirai ta louange.

                         Dans la nuit, je me souviens de toi
                         et je reste des heures à te parler.
                         Oui, tu es venu à mon secours :
                         je crie de joie à l'ombre de tes ailes.
                         Mon âme s'attache à toi,
                         ta main droite me soutient.


                         CANTIQUE des trois enfants (Dn 3)  Hymne de l'univers

    Ant.  La Vierge Marie est élevée au-dessus des anges. Réjouissons-nous. Bénissons le Seigneur.

                         Toutes les oeuvres du Seigneur,
                                    bénissez le Seigneur :
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !

                         Vous, les anges du Seigneur,
                                   bénissez le Seigneur :
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !

                         Vous, les cieux,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, les eaux par-dessus le ciel,
                         bénissez le Seigneur,
                         et toutes les puissances du Seigneur,
                         bénissez le Seigneur !

                         Et vous, le soleil et la lune,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, les astres du ciel,
                         bénissez le Seigneur,
                         vous toutes, pluies et rosées,
                         bénissez le Seigneur !

                         Vous tous, souffles et vents,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, le feu et la chaleur,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, la fraîcheur et le froid,
                         bénissez le Seigneur !

                         Et vous, le givre et la rosée,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, le gel et le froid,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, la glace et la neige,
                         bénissez le Seigneur !

                         Et vous, les nuits et les jours,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, la lumière et les ténèbres,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, les éclairs, les nuées,
                              bénissez le Seigneur !
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !


                         Que la terre bénisse le Seigneur :
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !

                         Et vous, montagnes et collines,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, les plantes de la terre,
                         bénissez le Seigneur,
                         et vous, sources et fontaines,
                         bénissez le Seigneur !

                         Et vous, océans et rivières,
                         bénissez le Seigneur,
                         baleines et bêtes de la mer,
                         bénissez le Seigneur,
                         vous tous, les oiseaux dans le ciel,
                         bénissez le Seigneur,
                         vous tous, fauves et troupeaux,
                              bénissez le Seigneur :
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !


                         Et vous, les enfants des hommes,
                              bénissez le Seigneur :
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !

                         Toi, Israël,
                         bénis le Seigneur !
                         Et vous, les prêtres,
                         bénissez le Seigneur,
                         vous, ses serviteurs,
                         bénissez le Seigneur !

                         Les esprits et les âmes des justes,
                         bénissez le Seigneur,
                         les saints et les humbles de coeur,
                         bénissez le Seigneur,
                         Ananias, Azarias et Misaël,
                              bénissez le Seigneur :
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !

                         Bénissons le Père, le Fils et l'Esprit-Saint :
                         A lui, haute gloire, louange éternelle !
                         Bénis sois-tu, Seigneur, au firmament du ciel :
                         A toi, haute gloire, louange éternelle !


                         PSAUME 149  Louange à Dieu par les chants de victoire

    Ant.  Le Seigneur a magnifié ton nom : tous les anges diront ta louange.

                         Chantez au Seigneur un chant nouveau,
                         louez-le dans l'assemblée de ses fidèles !
                         En Israël, joie pour son créateur ;
                         dans Sion, allégresse pour son Roi !
                         Dansez à la louange de son nom,
                         jouez pour lui, tambourins et cithares !

                         Car le Seigneur aime son peuple,
                         il donne aux humbles l'éclat de la victoire.
                         Que les fidèles exultent, glorieux,
                         criant leur joie à l'heure du triomphe.
                         Qu'ils proclament les éloges de Dieu,
                         tenant en main l.épée à deux tranchants.

                         Tirer vengeance des nations,
                         infliger aux peuples un châtiment,
                         charger de chaînes les rois,
                         jeter les princes dans les fers,
                         leur appliquer la sentence écrite,
                         c'est la fierté de ses fidèles.


                         LA PAROLE DE DIEU               cf.  Is 61, 10

                         Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon âme
                         exulte en mon Dieu. Car il m'a enveloppée du
                         manteau de l'innocence, il m'a fait revêtir les
                         vêtements du salut, comme une mariée met ses
                         bijoux.
                             R/ Comme une fiancée parée pour son époux,
                             *  elle resplendit de la gloire de Dieu.
                             V/ Sa source de lumière est l'Agneau.
                             *  Elle resplendit de la gloire de Dieu.
                                Gloire au Père.  R/ Comme une fiancée.


                         LE CANTIQUE DE ZACHARIE

    Ant.  Tu es belle et radieuse, fille de Sion, tu surgis comme l'aurore.

                         LOUANGE ET INTERCESSION

                         Prions notre Sauveur qui a voulu naître de la
                         Vierge Marie, et redisons avec elle :

                         R/  Notre âme exalte le Seigneur.

                         Fils du Dieu Vivant,
                         par ta passion tu as préservé ta Mère de toute
                         souillure :
                         - garde-nous du péché.

                         Rédempteur des hommes,
                         tu t'es incarné dans le sein de la Vierge Marie :
                         - fais de nous le temple de l'Esprit-Saint.

                         Maître des intelligences,
                         tes paroles et tes gestes pénétraient le coeur de ta
                         Mère :
                         - apprends-nous à garder en nos coeurs ta parole.

                         Sauveur du monde,
                         tu as voulu que Marie soit au pied de la croix :
                         - accorde-nous la force au milieu des épreuves.

                         Jésus ressuscité qui règnes à la droite du Père,
                         tu as glorifié Marie dans son âme et dans son
                         corps,
                         - oriente nos désirs vers le ciel.

                                                                     (intentions libres)

                         Notre Père

                         Dieu éternel et tout-puissant. toi qui a fait monter
                         jusqu'à la gloire du ciel, avec son âme et son corps,
                         Marie, la Vierge immaculée, mère de ton Fils : fais
                         que nous demeurions attentifs aux choses d'en haut
                         pour obtenir de partager sa gloire.

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui 16 juillet est fête de Notre-Dame du Mont-Carmel. Voici la Poésie no.7 de sainte Thérèse de Lisieux composée le 16 juillet 1892 :

     

    Chant de reconnaissance à Notre-Dame du Mont-Carmel

     

    1. Aux premiers instants de ma vie,
    Vous m'avez prise entre vos bras ;
    Depuis ce jour, Mère chérie,
    Vous me protégez ici-bas.
    Pour conserver mon innocence,
    Vous m'avez mise en un doux nid,
    Vous avez gardé mon enfance
    A l'ombre d'un cloître béni.
     
    2. Plus tard, aux jours de ma jeunesse,
    De Jésus j'entendis l'appel !...
    Dans votre ineffable tendresse,
    Vous m'avez montré le Carmel.
    «Viens, mon enfant, sois généreuse,
    Me disiez-vous avec douceur ;
    Près de moi, tu seras heureuse,
    Viens t'immoler pour ton Sauveur.»
    . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
     
    3. Près de vous, ô ma tendre Mère !
    J'ai trouvé le repos du coeur ;
    Je ne veux plus rien sur la terre,
    Jésus seul est tout mon bonheur.
    Si parfois je sens la tristesse,
    La crainte qui vient m'assaillir,
    Toujours, soutenant ma faiblesse,
    Mère, vous daignez me bénir.
     
    4. Accordez-moi d'être fidèle
    A mon divin Epoux Jésus.
    Qu'un jour, sa douce voix m'appelle
    A voler parmi les élus.
    Alors, plus d'exil, de souffrance ;
    Je vous redirai dans le Ciel
    Le chant de ma reconnaissance,
    Aimable Reine du Carmel !
     
     
     
    Bonne journée ! yes
     
     
     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique